Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'Algérie 1976

Publié le par frico-racing

Pour ALICE

Tamanrasset ou rien!

Chapitre (III)…Suite et fin

La croix du sud

Des souvenir inoubliables et difficile a traduire ici, si ce n’est - la fascination face à l’immensité du désert qui comme l’océan doit se mériter - l’accueil chaleureux dont on nous a gratifié partout au cours de ces trois voyages...

Un itinéraire sans équivoque

Les deux précédents voyages ayant montré les limites d’une 4 pattes dans les sables…cette seconde escapade en Algérie avait lieu l’année suivante en 76 à la même époque…mais en 4 L ! Trois 4 L pour 7 personnes (Martine, Alice, Brigitte, Renée, Roger, Daniel et moi).

Renée ma compagne, aujourd’hui mon épouse qui à l’époque travaillait chez Renault à Billancourt, avait pu obtenir (avec sa ristourne) les pièces nécessaires à la préparation des "trois monstres"…essentiellement amortisseurs renforcés et sabot moteur (le filtre à air à bain d’huile aurait été aussi fort utile).

L’itinéraire était ambitieux et sans équivoque… Pantin/Tamanrasset, (via Marseille et Alger), retour par la Tunisie en moins de 4 semaines...

Après avoir atteint Marseille sans encombre, comme pour le voyage précédent, la traversée de la Méditerranée s’effectue en "troisième classe" sur le pont du ferry à la "belle étoile" et dans la bonne humeur…

Alger la blanche se mérite…après des formalités douanières interminables (nos voitures n’arrivant que le lendemain) notre première soirée au bled se déroule chez des amis sur une terrasse dans la Kasbah.

Le lendemain, les 4 L récupérées…cap au 360°…Au couché du soleil nous installons le campement à Bou-Saâda et "on se les pèle" sérieux, le thermomètre indique 0°, sans guitoune la nuit à été longue. Heureusement plus bas, ça va chauffer.

Instalation du bivouac pour la nuit

La nuit a été "sableuse"

Réveillés de bonne heure, on file sur Laghouat, ça y est ça se réchauffe, puis c’est Ghardaïa (capitale du M'zab) la belle aux portes du desert, puis El-Goléa se profile, déjà 1000 bornes de parcourus depuis Alger, encore 400 Kms jusqu’à In-Salah (eau salée) la bien nommée. Pour des raison de sécurité…avant de s’élancer sur la piste pour TAM…passage obligé par la gendarmerie pour obtenir l’autorisation.

Arrivée sur Le M'zab et Gardaïa

L ’outillage, les pièces détachées, l’eau, l’essence, la bouffe, la pharmacie le couchage étaient répartis au mieux dans les trois 4 L (achetées pour la circonstance 500 balles) elles affichaient 100000 Kms et plus… Ca s’est senti sur place. Même pas peur! Pourtant une fois encore les éléments et la mécanique allaient limiter nos prétentions!

Les joies du fech fech

Même si c’est inhérent à ce genre d'aventure, les ennuis n’ont pas manqués…panne d’essence la nuit, ensablements à répétition bien sûr, mais aussi des surchauffes moteur, un joint de culasse "pété" pour moi, ou le fameux "vapor lock" dû à la chaleur ambiante, 50° à l’ombre...quelle ombre ?

Purge et réparation du radiateur

Heureux malgré tout d’avoir vraiment "tutoyé" le désert Saharien, roulé sur la piste de TAM…et sa tôle ondulée… (aujourd’hui il y a une route).

Seuls au monde...

Encore une "galére"

Les voitures en surchauffe, nous jetons l’éponge quelques centaines de Kms plus bas qu’ In-Salah en direction des gorges d’Arak…à 500 Kms de Tamanrasset…L'Assekrem ce sera pour une prochaine fois… Demi tour sur El-Goléa, Ouargla, Touggourt, El-Oued, les Oasis bien méritées…

Palmeraie d'El-Goléa

Targui

Des imitateurs...nous !

El Oued, le marché aux bestiaux

Bourricot femelle

Vipére à cornes

Dromadaires

Jeune Fennec

Le tropique du cancer n'a pas été franchi, mais on prend l'appéro ...(chaud) quand même!

Puis direction le Chott El Djerid pour passer en Tunisie, Tozeur, Gafsa, Gabès, Matmata…ses troglodytes qui quelques années plus tard allaient accueillir le tournage de "la guerre des étoiles" Gabès, Sfax, Kairouan et ses tapis (tissés par des gamines perchées en hauteur pour qu’elles ne jouent pas) Carthage la Romaine et ses vestiges, Sous, Tunis…et le retour à Marseille avec ma 4 L à bout de souffle.

Le Chott...Le Land n'est pas passée, les 4 L si !

Matmata

Carthage

Échantillons de sable ramenés du périple

Le désert ? ...C’est quelque chose d’indéfinissable!

Comme disait Théodore Monod:

“Parler du désert, ne serait-ce pas, d'abord, se taire, comme lui, et lui rendre hommage non de nos vains bavardages mais de notre silence?”

Voir également mes autres articles :

Voyage au Maroc 1974

Le Sahara...l'Algérie1975

Turquie centrale, la Cappadoce

VOYAGE à CUBA


 

Toutes mes vidéos sur youtube:

link



Publié dans Science et Culture, voyages

Partager cet article

Repost 0