Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Sécurité Sociale a 70 ans

Publié le par frico-racing

Ambroise Croizat

Ambroise Croizat

Il y a 70 ans, Ambroise Croizat créait la Sécurité Sociale

Il y a 70 ans, un ministre communiste, Ambroise Croizat, concrétisait cet engagement né dans la résistance en construisant la sécurité sociale solidaire.

Ministre du général de Gaulle de 1945 à 1947*, après avoir été libéré du bagne d’Alger où il fut détenu pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut un des concepteurs des Jours heureux, le programme du Conseil national de la Résistance (CNR) qui marque fortement le cadre des avancées sur le plan social que nous connaissons encore aujourd’hui. Son courage politique a permis de résister à toutes les forces réactionnaires qui s’opposaient à cette avancée sociale et politique de grande portée que des peuples du monde entier nous envie encore. A l’origine également de progrès sociaux comme la retraite, les comités d’entreprise, la médecine du travail, il est victime du silence de l’État concernant la reconnaissance de son rôle central dans l’élaboration de lois sociales.

Jeune apprenti à l’âge de treize ans, il s’est engagé contre la guerre, a milité lors de grandes grèves à Roanne comme à Vénissieux, bête noire du patronat, il est ensuite venu à Paris pour préparer avec d’autres militants le Front populaire…Plus tard, alors que le monde ouvrier l’appelait "ministre des Travailleurs", plutôt que "ministre du Travail", il parvient à imposer une augmentation de 25 % des salaires...

Pendant 70 ans malgré les coups pris, la Sécu a fait la démonstration de son efficacité sociale et économique. Elle a contribué au redressement du pays à la sortie de la guerre alors qu'il était exsangue, elle a permis à des salariés de pouvoir vivre dignement leur retraite, elle a permis à des millions de familles d'avoir une vie décente, elle a permis aux français de pouvoir se soigner et a contribué à faire progresser l'espérance de vie.

Elle a pu le faire car la qualité première de ses créateurs fut d'avoir la détermination et le courage d'inventer "le salaire socialisé" financé par la cotisation sociale, c'est-à-dire le prélèvement à la source (l'entreprise ou le lieu de travail), d'une partie de la richesses crée. "Salaire indirect socialisé", cet argent appartient aux seuls salariés. Il leur est reversé à la retraite, lors d'arrêts de travail du à la maladie, à l'hospitalisation ou aux accidents du travail, et lorsqu'ils ont accès aux allocations familiales.

Le redressement économique de la France fut possible parce que le choix des bâtisseurs de la Sécurité Sociale fut de faire de la réponse à la demande sociale la base première de tout développement...(L'économie au service de la société et non l'inverse !).

c'est bien la démonstration qu'il est possible de tenir les engagements pris devant le peuple. Le renoncement n’est pas une posture normale et obligatoire, comme on voudrait nous le faire croire aujourd'hui.

Le patronat, la droite et les forces libérales et réactionnaires n’ont cessé de vouloir remettre la main sur cette masse financière (350 Milliards €) que sont les cotisations sociales, et par la même briser les principes d’unicité et d’universalité de la sécurité sociale.

Depuis sa création, ces tentatives de casse de la Sécu n' ont jamais cessées....Alternativement par des gouvernements de droite comme socialistes, jusqu’à aujourd’hui avec le projet de Loi de santé du gouvernement Valls.

70 ans après, la Sécurité Sociale reste une idée neuve a défendre et a améliorer, notamment en remboursant à 100% tous les soins prescrits et lutter contre les campagnes de culpabilisation des assuré-e-s sociaux, alors que les vrais fraudeurs sont les grands patrons (article ci dessous).

La France ne doit pas connaitre les dégâts d’une santé ultralibérale comme celle désastreuse, des pays sous développés, ou imposée aux peuples de Grèce, d’Espagne, du Portugal ou de Grande Bretagne.

Aujourd'hui, il est important de s'en souvenir face à la casse des droits sociaux en France et en Europe, (loi Macron, etc).

frico

* Sur ordre des USA, comme tous les ministres communistes ou progressistes en Europe, il fut évincé du gouvernement Français en 1947 (voir l'article ci dessous, "Quand les Américains voulaient gouverner la France").

"Le ministre des Travailleurs" est mort à l’hôpital en 1951. Il avait cinquante ans. Un million d’hommes et de femmes l’ont alors accompagné dans son dernier voyage

Articles associés :

Connaissez vous le TISA ?

Le Grand Traité Transatlantique (TAFTA) expliqué aux nuls
COUP DE GUEULE : l'OTAN c'est la guerre

Histoire: Mon Mai 68 ou...

Ukraine : Déclaration du Comité Valmy

Que c'est il passé LE 6 JUILLET 1880 ?

Vietnam. Le pays célèbre les 60 ans de la victoire de Diên Biên Phu

Histoire : Les origines du 8 mars

Histoire du 1er mai

Les 70 ans de l'affiche rouge

Nelson Mandela est mort

HISTOIRE : 17 octobre 1961, un crime d'état occulté

Histoire : L’armistice du 11 novembre 1918
6 évrier 1934
Chavez est mort

Histoire : 50 ème anniversaire de Charonne

Stéphane Hessel reste vivant

Il y a vingt ans, Nelson Mandela était libéré.

Anniversaire : "La chute du mur"

J F.Kennedy : le 22 novembre 1963

"I have a dream" : c'était il y a 50 ans

Humeur : Pas touche au CHE !

Henri Alleg est mort

11 Septembre...1973

Retour sur "le choc pétrolier" de1973
Nucléaire et désarmement

Il y a 40 ans : La «révolution des œillets »

"La Grèce a servi de cobaye à la théorie du choc"

Stratégies de manipulation des masses

L'EURO ? L'ARNAQUE !

L'EURO a dix ans

La machine à abrutir ne connaît pas la crise

La lutte des classes ? Une réalité objective !

La guerre des classes est déclarée

Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"

Toutes mes vidéos sur youtube:

link

Partager cet article