Les 40 ans de la Kawasaki H2 750, Mach IV

Publié le par frico-racing

La plus rapide..."d'une pompe à une autre"

En 1971, après l’apparistion de la 500 H1 Mach III (1969), le plus gros des 3-cylindres 2-temps Kawasaki voyait le jour. Si une moto peut être qualifiée de mythique, c'est aussi la Kawasaki 750 H2, Mach IV.

Il n’y a à l’époque rien de plus performant ! 40 ans après, elle génère toujours autant d’engouement.1972-kawasaki-h2-750-mach-iv-3

Dans la foulée de la 500 H1 initiatrice de la motorisation 3-cylindres chez Kawasaki, prolongée par les modèles 250 et 350 S2 en 1971, la 750.

Kawasaki reprend la recette qui a fait le succès de la 500. Un moteur 3 cylindres, 2 temps avec une cylindrée supérieur pour plus de puissance (74 ch sur les premiers modèles, soit près de 100 ch/litre) et un peu plus de sécurité (la machine est équipé d'un frein à disque).1972-kawasaki-h2-750-mach-iv-4

Les essais de l'époque sont élogieux : "une accélération à couper le souffle", "la puissance d'une 500 de course".

Lors de sa commercialisation, la 750 Mach IV est la reine de sa catégorie et aucune autre machine ne pouvait rivaliser en terme d'accélération et de vitesse de pointe, (courses de Criterium 750 et  Promosport). Elle parcourait  les 400 mètres départ arrêté en 12 secondes et dépassait les 200 km/h, performances atteintes au prix d'une consommation d'essence dispendieuse…100Kms et reserve !!

Elle était surnomée comme la 500, « la moto qui va le plus vite d’une pompe à une autre »...(les soit disant « crises du pétrole » de 1973, puis de 1976 allaient porter un coup à ce type de moto). La moto est basse et fine, pas de démarreur électrique, démarrage au kick.1972-kawasaki-h2-750-mach-iv-5

Un nuage de fumée s’exhale des trois pots asymétriques, accompagné d’un bruit de féraille, le réglage des trois carbus Mikuni n’est pas simple et les pipes d’admission se doivent d’être impeccablement étanches pour ne pas percer les pistons.
A l'exception d'un allumage électronique, le moteur ne présente pas d'innovation majeure comparé aux autres modèles (250/250/500). La lubrification du moteur est confiée au système "injectolube" qui calcule la quantité d'huile nécessaire au moteur en fonction de son régime de rotation et l'ouverture des carburateurs.

Particularité : Elle partage avec la 500 Mach III, la boite de vitesse avec un point mort en bas et le reste en haut…Au rètrogradage, attention à la roue libre.

Pour la partie cycle, la leçon de la 500 est assimilée. La machine est proposée avec un frein à disque d'origine et la possibilité d'en monter un deuxième, ce qui n’est pas un luxe (pas de frein moteur).Kawasaki H2 750 73

Le cadre comme la fourche offre une section plus en rapport avec la puissance du moteur, la machine était équipée d'un amortisseur de direction.

Sans être un rail, la moto reste « maîtrisable ». L'évolution la plus marquante de la carrière de la 750 H2 sera marquée par le modèle H2B de 1974…synonyme de déclin du modèle.kawasaki h2c

Outre la ligne générale de la machine, des modifications ont été effectuées au niveau cadre avec un rallongement du bras oscillant pour limiter le phénomène de wheeling des premiers modèles.

La puissance a été ramenée ramené à 71 ch.

Le modèle H2C ne sera jamais importé en france.

La 750 H2 ne survivra pas à la deuxieme « crise » dite « pétrolière » et terminera sa carrière en 1976.

 

Sources :

-RTM

-http://4pat.pagesperso-orange.fr/index.htm

-Motomag


Commenter cet article