Histoire : 50 ème anniversaire de Charonne

Publié le par frico-racing

Un crime d'Etat !

Dans une période où est légitimement revendiquée une exigence de vérité, en particulier sur les deux moments clefs de notre histoire nationale récente que sont l’Occupation et les guerres coloniales, il n’est pas inutile de se souvenir de Charonne.

charonne le 8 fevrier 2 web

C’était le 8 février 1962 :

Les syndicats CGT, CFTC, FEN, SNI et UNEF avaient organisé une manifestation pour réagir aux sept attentats de l’OAS qui, la veille, avaient ensanglanté Paris.

Moins de quatre ans après avoir lancé d’un balcon d’Alger à une foule de pieds-noirs son mémorable "Je vous ai compris" et leur avoir promis que "dans toute l’Algérie, il n’y a que des Français à part entière", De Gaulle, désormais conscient de l’impossibilité d’infliger une défaite au FLN algérien et impressionné de l’aspiration à la paix, désormais incontournable, de la meilleure partie du peuple français, traitait avec le gouvernement algérien provisoire (GRPA).

Il s’en suivit la sécession d’une partie de ceux qui avaient soutenu le général en 1958 et de certains officiers supérieurs de l’armée française : ceux-ci constituèrent l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète) qui se mit au travail en terrorisant la France et l’Algérie par une interminable série d’attentats sanglants, de complots, de tentatives de coups d’Etat auxquels le gouvernement réagit faiblement.

Papon l'ancien collabo :

Bien que connaissant sa responsabilité dans la déportation des juifs de Bordeaux durant la guerre, de Gaulle avait confirmé la nomination du préfet de police de la Seine, Maurice Papon*, (qui allait être condamné le 2 avril 1998 à 10 ans de réclusion comme complice de crimes contre l’humanité).

Papon* n’eut aucun scrupule le 8 février 1962, pas plus que le 17 octobre 1961 quand la police parisienne qu’il dirigeait avait massacré, torturé et noyé dans la Seine des centaines d’Algériens venus manifester pacifiquement pour l’indépendance de leur pays.*

Le rendez-vous était place de la Bastille, mais après avoir bloqué tous les accès à la place aux soixante mille manifestants qui formaient plusieurs cortèges boulevard Beaumarchais, boulevard Voltaire et dans les rues adjacentes en criant "OAS, assassins", "Unis contre le fascisme", "Paix en Algérie" et qui avaient fini par se regrouper à la station de métro Charonne, la police chargea sans préavis et avec une violence inouïe.

Huit morts :

Il y eut huit morts, tués sur le coup (les matraques dont disposaient les policiers mesuraient un mètre) ou décédés quelques jours plus tard à l’hôpital, le neuvième mourut après trois mois d’agonie.

Une des victimes, Fanny Dewerpe, avait échappé aux rafles durant la guerre (son beau-frère avait été fusillé en 1944 et son mari, René, matraqué à mort le 28 mai 1952 au cours d’une manifestation pour la paix), un autre mourut avant de fêter son seizième anniversaire...Ils étaient tous membres de la CGT.

Charonne va constituer un tournant, un basculement de l’opinion publique française qui va aboutir le 19 mars 1962 à la fin de la guerre et au 1er juillet 1962 à la proclamation de l’indépendance de l’Algérie.

Ne pas oublier année après année, les noms de nos morts :

Fanny Dewerpe, Anne-Claude Godeau, Suzanne Martorell, Daniel Ferry qui n’avait que seize ans, Jean-Pierre Bernard, Edouard Lemarchand, Hyppolite Pina, Maurice Pochard et Raymond Wintgens.

Ces hommes et ces femmes ne devaient pas mourir, leurs noms ne doivent pas disparaître.

Un million de personnes accompagnèrent, cinq jours plus tard, les cercueils jusqu’au cimetière du Père Lachaise, au pied du mur contre lequel, en mai 1871, moins de deux mois après la proclamation de la Commune, des milliers de Parisiens avaient été fusillés par les troupes à la solde de la réaction.

En donnant leurs vies pour la justice, la liberté et la paix ces militants ont œuvré pour que vivent toutes les valeurs du progrès social d’antiracisme, de solidarité.

Les travaux des historiens nous l’ont appris, depuis :

Les policiers n’ont pas chargé par hasard, ni pour répondre à de soi-disant provocations.

Mais l’Etat garde le secret depuis 1962 et refuse de reconnaître ce qui est bel et bien son crime.

Tous ceux qui n’ont pas oublié les morts de Charonne demandent encore à l’Etat français de reconsidérer ses mensonges.

Pleinement d’actualité au moment où tant de peuples se révoltent et cherchent des voies nouvelles pour la démocratie, leur indépendance et la coopération internationale, au moment où l’extrême droite en France et en Europe relève la tête de façon inquiétante.

En une période où le besoin d’histoire est si prégnant dans la société française, où est revendiquée une exigence de vérité, il n’est pas inutile de se souvenir, de s’indigner et d’agir.

Une manifestation du métro Charonne jusqu’au Père Lachaise, est organisée le mercredi 8 février 2012 à 12h.

 

Source :

-http://paris.indymedia.org

-L'Humanite (fevrier 2012)


Maurice Papon*

Aprés s'être "illustré" sous De Gaulle, termina sa "carriére" comme ministre des finances de Giscard.


Articles associés :  

* HISTOIRE : 17 octobre 1961, un crime d'état occulté

Vers un TOTALITARISME rampant ?

Les 140 ans de LA COMMUNE de PARIS

POLICE et POPULATION : LE DIVORCE !

Tous fichés ?

De l'argent pour les guerres futures !

Le FN parti ouvrier ??


Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Publié dans Histoire et Société

Commenter cet article

Serge 11/02/2012 23:52

Merci de raviver nos mémoires
Les déclarations récentes de nos dirigeants doivent nous conduire à la plus grande vigilance