HISTOIRE : 17 octobre 1961, un crime d'état occulté

Publié le par frico-racing

17 octobre 2011...50ème anniversaire.

(article actualisé en octobre 2012-lien fin d'article)

Mais anniversaire occulté et ignoré par la majorité d’entre-nous. Pourquoi une telle omerta autour des massacres du 17 octobre1961 à Paris ?

Comment et pourquoi, des générations d’élèves de la République peuvent ignorer ces événements dont l’une des actrices principales est la Vème République.

17octobre61matraque 1

En 2011, l’état n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les exactions commises par les forces de police sous l’ordre direct du préfet de police de Paris d’alors, le sinistre Maurice Papon*, avec la bénédiction De Gaulle.

A cinq mois de la fin de la guerre d'Algérie, (accords d'Evian), le 17 octobre 1961, Paris a été le lieu d'un des plus grands massacres de gens du peuple de l'histoire contemporaine de l'Europe occidentale.  

C’est à la suite d’un couvre-feu discriminatoire et abusif à l’égard des Algériens de France que tout commence.

Ce jour-là, des dizaines de milliers d'Algériens manifestent pacifiquement en famille, contre le couvre-feu qui les vise depuis le 5 octobre et la répression organisée par le préfet de police de la Seine, Maurice Papon*. Fatale est la réponse des forces de l’ordre qui ne se ménagent pas pour « casser de l’Arabe »...

17 octobre 1961

La réponse policière sera terrible, des dizaines d'Algériens, entre 150 et 200, sont exécutés. On jette les morts dans la Seine, les blessés aussi. Des dizaines de corps sont retrouvés dans le fleuve les jours qui suivent.

Pendant plusieurs décennies, la mémoire de cet épisode majeur de la guerre d'Algérie sera occultée et encore aujourd'hui passé sous silence.

Une certaine « France » qui donne des leçons de démocratie et de droits de l’homme à la planete ferait mieux de balayer devant sa porte.

frico

 

*Maurice Papon Prefet nomé par De gaulle ancien collabo vichyssois condamné en 1998 pour complicité de crimes contre l'humanité pour des actes commis alors qu'il était secrétaire général de la préfecture de Gironde entre 1942 et 1944, sous l'occupation allemande.

Sous Giscard, de 1978 à 1981, il est encore ministre du Budget dans le troisième gouvernement de Raymond Barre.


 5 OCTOBRE 1961,

communiqué du préfet de police Maurice Papon* 

Dans le but de mettre un terme sans délai aux agissements criminels des terroristes, des mesures nouvelles viennent d'être décidées par la préfecture de police. En vue d'en faciliter l'exécution, il est conseillé de la façon la plus pressante aux travailleurs algériens de s'abstenir de circuler la nuit dans les rues de Paris et de la banlieue parisienne, et plus particulièrement de 20h30 à 5h30 du matin. (...)

D'autre part, il a été constaté que les attentats sont la plupart du temps le fait de groupes de trois ou quatre hommes. En conséquence, il est très vivement recommandé aux Français musulmans de circuler isolément, les petits groupes risquant de paraître suspects aux rondes et patrouilles de police. Enfin, le préfet de police a décidé que les débits de boissons tenus et fréquentés par les Français musulmans d'Algérie doivent fermer chaque jour à 19 heures .


-L'historien Gilles Manceron, auteur de La Triple Occultation d'un massacre (publié avec Le 17 octobre des Algériens, de Maurice et Paulette Péju, éd. La Découverte), explique les mécanismes qui ont contribué à cette amnésie organisée.


En 2012, la france reconnait enfin le crime (juste un communiqué de Hollande !) : link

-Voir ce lien : link

-Cet article du monde : link


Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Commenter cet article