Faut il sortir de l'euro ? (Jacques Sapir)

Publié le par frico-racing

Jacques Sapir est directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), où il dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il est l'auteur de La Démondialisation (Seuil, 2011).


Read more at http://www.atlantico.fr/users/jacques-sapir#ukoGH6LsiohlfdHG.99

Jacques Sapir est directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), où il dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il est l'auteur de La Démondialisation (Seuil, 2011).


Read more at http://www.atlantico.fr/users/jacques-sapir#ukoGH6LsiohlfdHG.99
En 2014  l'€ a 15 ans (99)
Le traité de Maastricht instaurant l'Union monétaire fête ses vingt ans ce vendredi alors que l'Europe traverse une crise sans précédent. Une crise qui nous fait parfois oublier certains bénéfices de la monnaie unique.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/maastricht-20-ans-apres-quel-bilan-pour-traite-qui-cree-euro-nicolas-goetzmann-francois-lafond-jacques-sapir-gerard-bossuat-886822.html#T6bixuuTrRVKheEw.99
Le traité de Maastricht instaurant l'Union monétaire fête ses vingt ans ce vendredi alors que l'Europe traverse une crise sans précédent. Une crise qui nous fait parfois oublier certains bénéfices de la monnaie unique.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/maastricht-20-ans-apres-quel-bilan-pour-traite-qui-cree-euro-nicolas-goetzmann-francois-lafond-jacques-sapir-gerard-bossuat-886822.html#T6bixuuTrRVKheEw.99
Le traité de Maastricht instaurant l'Union monétaire fête ses vingt ans ce vendredi alors que l'Europe traverse une crise sans précédent. Une crise qui nous fait parfois oublier certains bénéfices de la monnaie unique.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/maastricht-20-ans-apres-quel-bilan-pour-traite-qui-cree-euro-nicolas-goetzmann-francois-lafond-jacques-sapir-gerard-bossuat-886822.html#T6bixuuTrRVKheEw.99
Découlant, il y a 20 ans du traité de Maastricht (rejeté par une majorité de Français), L'union monétaire, créant l'€, a montré depuis son vrai visage...  
Au moment ou la Létonie "adopte" l'€ (contre l'avis de son peuple)...L'eurosceptiscisme progresse rapidement en Europe !
Les fachos l'ont bien compris et sont partout en embuscade, la vraie gauche ferait bien de l'intégrer et de ne pas l'ignorer plus longtemps...euro-copie-2
Aux questions :
-Que l'appartenance à l'UE est une mauvaise chose : 37% en Espagne (contre 26% en juin 2012), 43% en France (contre 38% en juin 2012), 44% en Allemagne (contre 36%),45% en Italie (contre 39%).

-De même si encore une minorité (dont je suis aussi) souhaite un abandon de l'euro pour un retour à la monnaie nationale, cette minorité progresse dans trois pays sur quatre: 43% en Allemagne contre 39% en juin 2012, 38% en Espagne contre 25%, 35% en Italie contre 28% (33% en France contre 35 en juin 2012).

L’euroscepticisme traduit une contestation de plus en plus hostile de l’Union européenne qui se construit contre les peuples.

Le mépris des européistes pour les peuples qui avaient rejeté le Traité Constitutionnel Européen ne peut que faire croître la défiance à l'égard de cette construction européenne et de ses institutions supranationales qui nient les états nations et les acquis de leurs citoyens.

frico


Economiste alternatif, à contre courant de la pensée officielle, rare sur les plateaux de télévision, (et on comprend pourquoi) Jacques Sapir est celui qui a fait le plus gros travail d’analyse sur les "travers" de l’euro, publiant de nombreux livres et articles sur ces questions.
Faut-il-sortir-de-lEuro-Jacques-Sapir-ea34a
Le procès de la monnaie unique 
Sorti en janvier 2012, ce livre reste profondément d’actualité et ne fait que confirmer ce que Jacques Sapir écrit depuis longtemps, lui qui avait publié dès 2006 un article sur « la crise de l’euro : erreurs et impasses de l’européisme » dans la revue Perspectives républicaines.
Il dénonce ceux qui « ont cherché à imposer en contre-bande une Europe fédérale par le biais d’une monnaie unique à des peuples qui n’en voulaient pas  ». 
Il critique l’impasse dans laquelle nous sommes, avec un système bancaire soutenu à bout de bras, des pays qui finiront forcément par faire défaut sur leur dette après une austérité sauvage condamnée à l’échec.
Il souligne très justement que la proximité de la crise de la zone euro avec la crise financière en perturbe la lecture, permettant aux défenseurs de la monnaie unique de défendre leur créature en attribuant la responsabilité de la crise aux dettes souveraines par exemple. 
Il souligne également à quel point ce débat est devenu tabou.
Il montre que la monaie unique est devenue « un véritable fétiche au sens religieux du terme. L’euro, c’est la religion de ce nouveau siècle, avec de faux prophètes aux prophéties sans cesse démenties, avec ses grands prêtres toujours prêts à fulminer une excommunication faute de pouvoir en venir aux bûchers  ». Pour lui, « l’euro est devenu le symbole du crépuscule de la raison politique et économique  ». 
Pour lui, il y a trois raisons à la crise de la zone euro 
-Tout d’abord, l’euro impose un taux de change unique, qui ne peut pas convenir à des pays aussi différents en matière de productivité, de taux d’inflation structurel ou de spécialisation économique.
-Ensuite, il souligne le rôle de la surévaluation chronique de la monnaie unique, qui pénalise les économies européennes, comme Airbus par exemple
Enfin, il y voit une crise de la gouvernance européenne, patente depuis deux ans.
Il souligne également à quel point la reprise par le Front National de ses arguments a parasité le débat, soulignant néanmoins qu’il n’est pas responsable de qui le reprend et que cela sert de rideau de fumée aux partisans de l’euro.
Pour lui, la monnaie unique est une mauvaise réponse à une bonne question, celle des perturbations provoquées par les mouvements anarchiques des taux de change.
Il y a une solution beaucoup plus simple, à savoir le contrôle des mouvements de capitaux, qui a démontré son efficacité dans les crises des pays émergents.

Jacques Sapir est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris en 1976. En 1980, il soutient une thèse de doctorat de 3e cycle à l'EHESS sous la direction de Charles Bettelheim, puis une thèse d'État en économie en 1986 à Université de Paris X sous la direction de Michel Agliett.


Après avoir été professeur de lycée de 1978 à 1982, il enseigne l'économie à l'Université de Paris X de 1982 à 1990 comme assistant puis comme maître de conférences (1986). Il fait son entrée à l'EHESS en 1990 avant d'y devenir directeur d'études en 1996. C'est à cette date qu'il prend la direction du Centre d'études des modes d'industrialisation de l'EHESS.

Il a aussi enseigné au Haut Collège d'économie à Moscou de 1993 à 2000. Il enseigne actuellement à l'École économique de Moscou (Moskovskaïa Chkola Ekonomiki) en même temps qu'à l'EHESS de Paris.

C'est un expert des problèmes de l'économie russe et des questions stratégiques, mais aussi un théoricien de l'économie qui s'est fait remarquer par des positions hétérodoxes très marquées sur plusieurs sujets et un engagement politique à la gauche de la gauche.

Source :

-Laurent Pinsolle (pour partie)

-Jacques Sapir « Faut-il sortir de l’euro ?  », (Seuil)


Pour aller plus loin (du même auteur)
 "Dissoudre l’Euro : une idée qui s’imposera "  La suite ici : link

Articles associés :

« Salauds de pauvres » ?

LA DETTE PUBLIQUE ET LA BANCOCRATIE (+vidéo)

Fraude fiscale : dicours et rèalité...

Coût du travail, l'arnaque dévoilée

Retraite : la bourse ou la vie ?
Retraite : une réforme juste et équitable ?

La crise...Quelle crise ?

Compétitivité et cout du travail

LA FABLE DU TRAVAIL CHER

RETRAITES : Un rapport dicté par le MEDEF

L'EURO ? L'ARNAQUE !

L'EURO a dix ans

La machine à abrutir ne connaît pas la crise

Le pacte de stabilité, c'est l'austérité à perpet'

Baisser les impôts ? Bientôt la déclaration, parlons en !

Hollande, un an et un premier bilan

Fraude fiscale pour les uns et austérité pour les autres

ANI : "Le POISON" d'avril du gouvernement

1226 milliardaires

La lutte des classes ? Une réalité objective !

L'affaire Depardieu, l'arbre qui cache la forêt

LA FINANCE POURRIT L'ECONOMIE REELLE

"Salaires, Prix , Profits*"..

Un "travail digne et rémunérateur"

L’espérance de vie en baisse !

« La pauvreté n'est pas naturelle »…

"La règle d'or" c'est l'austérité sans fin !

Les 500 plus riches familles...et les autres

La guerre des classes est déclarée

Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"


Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article