Contrôle technique : le coup bas de Honda France

Publié le par frico-racing

Les décisions concernant le(s) contrôle(s) technique(s) cyclo et moto sont en sommeil en haut lieu (qu’elles le restent !). Mais quelques « coquins », excités par l’appât du gain, s’affairent à en faire le lit. En tête, Honda France, comme en témoigne cette circulaire confidentielle adressée à ses concessionnaires.

La marque prendrait-elle ses clients pour des vaches à traire ?CT

Une mèche encore brûlante

Contrôle 50 cm3 reporté, contrôle moto considéré comme n’étant « plus à l’ordre du jour »… on serait tenté de croire que ces mesures et projets ont fait long feu. Et que les pouvoirs publics ont fini pas être convaincus, comme nous, que la mesure était sans intérêt pour la sécurité routière*. Que nenni ! La mèche est encore brûlante et ne demande qu’à repartir. Certains s’y emploient, qui continuent de penser que ces dispositions peuvent rapporter gros et qu’il serait dommage de ne pas en profiter. Sur le dos du motard, bien entendu.

« Une belle carte à jouer »

La circulaire dans la colonne ci-contre (PDF dans « compléments ») est claire à ce sujet. Elle n’est rien moins qu’une invitation de la direction de Honda (France) à son réseau à s’y préparer. « Une belle carte à jouer », précise carrément le texte.

Appât du gain...

Conseil n°1 : se rapprocher d’un spécialiste (Thibault Riester consultant Motosur et inspirateur de Diagmoto pour ne pas le nommer). Suit un mode d’emploi de la marche à suivre : créer une structure annexe (on ne peut être à la fois réparateur et contrôleur), un local séparé, investir environ 20.000 € dans le matériel et… espérer récupérer une part d’un gâteau de 850.000 cyclos/an. Et s’il en reste qui ne sont pas convaincus par le rapport investissement-rentabilité, patience, suggère le texte, le contrôle moto suit ! En résumé, un petit effort aujourd’hui, du gros pognon demain.

On ne peut certes pas en vouloir à une direction d’entreprise de penser à l’enrichissement de son réseau. Mais quand celui-ci passe ni plus ni moins par une tonte un peu plus serrée de ses clients commun, c’est beaucoup plus limite.

Pain béni pour les autorités

L’autre problème, c’est que ce faisant, Honda prépare tranquillement le terrain aux pouvoirs publics, dont le projet bloque, entre autres (n’oublions pas la colère des motards et la capacité de mobilisation de la FFMC) sur la logistique. Là, elle va leur être servie sur un plateau. « Ça y est, monsieur le Premier ministre, tout est prêt, vous pouvez signer ! »

Ce qui nous amène à conclure qu’entre ses clients et son réseau, Honda France a choisi. Lesdits clients, présents et futurs, apprécieront à leur juste mesure cette « sociale traîtrise ». Et pour nous, de belles manifs en perspective !

(*) Rappelons que, selon le rapport Maids, le mauvais état du véhicule n’est impliqué que dans 0,7% des cas.

 

Alain Corroler Motomag.com - 18/01/2012

Articles associés :

Sécurité routière Communiqué FFMC

L'EQUIPEMENT RETRO-REFLECHISSANT MOTO, c'est fait !

DEKRA et le Contrôle Technique MOTO

SECURITE ROUTIERE : les 40 propositions de la mission parlementaire

Réponse de HONDA Fance : link


Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Publié dans FFMC défense MOTO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article