6 février 1934

Publié le par frico-racing

6 février 1934
6 février 1934

La France a été touchée à partir de 1931 par la Grande dépression, née en 1929 aux États-Unis.

La crise économique et sociale frappa particulièrement les classes moyennes.

Or, le pouvoir se révéla incapable d’apporter des solutions, ce qui se traduisit par une très forte instabilité ministérielle (cinq gouvernements de mai 1932 à janvier 1934) con tribuant à alimenter le rejet du régime parlementaire.

Partout en Europe prospèrent sur la crise des organisations fascistes, nationalistes, racistes, pratiquant volontiers une certaine démagogie anticapitaliste, mobilisant des masses de petits bourgeois en voie d’être ruinés, d’ouvriers déclassés, de lumpen-prolétaires et d’étudiants qui font des démonstrations de force et s’attaquent aux organisations ouvrières.
Soutenues, financées par une partie des capitalistes, elles servent de masse de manœuvre  à la bourgeoisie dans ses projets d’instauration d’Etats forts mieux à même que le régime parlementaire classique à répondre à la situation, en attendant d’être l’ultime recours.

L’extrême-droite est forte de 100 à 150 000 militants dont une partie est militarisée. De multiples ligues nationalistes, groupuscules fascisants réclament le renversement de la république, un état autoritaire ou corporatiste.

Des groupements de combat des jeunesses patriotes, des chemises bleues de Coty défilent dans Paris au pas militaire, sous les ordres de chefs.

L’organisation pour la restauration de la monarchie, l’Action française regroupe des dizaines de milliers de militants et des groupes d’action, les camelots du roi.

Les Croix de Feu, l’association  fondée en 1927 au départ composée d’anciens combattants décorés au feu, dirigée par de La Rocque depuis 1930, est devenue une ligue d’extrême droite, avec un programme peu défini, mais contre les métèques, les profiteurs, ou les  politicards.

C’est rapidement l’organisation la plus massive et la mieux organisée, avec une association soutenant son action regroupant, en 1934, 130 000 militants, des groupes de « combat » et de « défense », les « dispo» organisant de 1200 à 1500 militants.

Les milieux d’affaires leur apportent un soutien financier.

L’émeute aux portes de l’assemblée nationale contre la république parlementaire dans la nuit du 6 février 1934  marque un tournant de l’histoire française de l’entre deux guerres.

Ce jour-là, toute la droite fait bloc dans la rue contre le gouvernement du radical Daladier.

Derrière les forces qui s’affrontent ce 6 février, se profilent les ombres d’Hitler, des tenants du régime de Vichy, et le combat antifasciste, le Front Populaire, la grève générale de juin 1936 et la résistance.

Dans la soirée du 6, les ligues, qui se sont rassemblées en différents points de Paris, convergent vers la place de la Concorde, séparée de la Chambre des Députés par la Seine.

Les policiers et gardes parviennent à défendre le pont de la Concorde, malgré les jets de projectiles de toutes sortes.

Quelques émeutiers sont armés, et les forces de l’ordre tirent sur la foule. Les troubles durent jusqu’à 2 h 30. Finalement, le bilan humain est de vingt-deux morts et 2 309 blessés.

À la Chambre des députés, la droite parlementaire tente de profiter de l’émeute pour contraindre le gouvernement à la démission.

Mais la gauche fait bloc derrière Édouard Daladier.

La séance est finalement levée après que des échanges de coups ont eu lieu dans l’hémicycle, entre députés de droite et de gauche.

La Cagoule est un mystérieux mouvement politique né après les émeutes du 6 février 1934.
De son vrai nom CSAR (Comité secret d’action révolutionnaire), cette association secrète d’anciens royalistes et de ligueurs d’extrême-droite a été ainsi surnommée par la presse.
Elle se montre très active à partir de 1935 et de l’ascension du Front Populaire, sous la direction du polytechnicien Eugène Deloncle.
La Cagoule se propose de renverser la République (qualifiée avec mépris de «gueuse») en fomentant une "révolution" par le haut.
 
Souces : conscience citoyenne résponsable

Articles associés :

  1. 43 milliards escamotés !
  2. Le FN parti ouvrier ??
  3. CQFD – Les religieux sont moins intelligents que les athées !
  4. Télévision, l'appel aux plus bas instincts
  5. Faut il sortir de l'euro ? (Jacques Sapir)
  6. la "supériorité" de la civilisation occidentale ?
  7. Meurtre fasciste à Paris
  8. Histoire : L’armistice du 11 novembre 1918
  9. "I have a dream" : c'était il y a 50 ans
  10. Burqa...Lever le voile ?
  11. PHILOSOPHIE
  12. Nelson Mandela est mort
  13. "Si on veut, on peut"...Mais c'est en BOLIVIE et au VENEZUELA !
  14. Hollande : à droite toute !
  15. Faut il sortir de l'euro ? (Jacques Sapir)
  16. J F.Kennedy : le 22 novembre 1963
  17. Amérique : du "rêve" à la réalité par Oliver Stone
  18. Les 0,00001% vous souhaitent une très bonne année
  19. « Salauds de pauvres » ?
  20. Stratégies de manipulation des masses
  21. Compétitivité et cout du travail
  22. LA FABLE DU TRAVAIL CHER
  23. L'EURO ? L'ARNAQUE !
  24. L'EURO a dix ans
  25. La machine à abrutir ne connaît pas la crise
  26. Le pacte de stabilité, c'est l'austérité à perpet'
  27. Fraude fiscale pour les uns et austérité pour les autres
  28. ANI : "Le POISON" d'avril du gouvernement
  29. 1226 milliardaires
  30. La lutte des classes ? Une réalité objective !
  31. LA FINANCE POURRIT L'ECONOMIE REELLE
  32. "Salaires, Prix , Profits*"..
  33. Un "travail digne et rémunérateur"
  34. « La pauvreté n'est pas naturelle »…
  35. "La règle d'or" c'est l'austérité sans fin !
  36. Les 500 plus riches familles...et les autres
  37. La guerre des classes est déclarée
  38. Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"

Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article