Retraites : pourquoi Macron ne cède pas ?

Publié le par frico-racing

Vers les 500 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

Retraites : pourquoi Macron ne cède pas ?

Une crise historique

Inédite depuis 1968, il y a 15 mois, sur un fond de mécontentement sociale grandissant ; la fronde des Gilets jaunes naissait sur Facebook...

Depuis ; samedi après samedi, les gilets fluo ont fait de leur lutte un rendez-vous inédit sous la Vé République. Usant de modes d’actions atypiques (blocages de péages et de ronds-points, opérations escargots, rassemblements et manifs non déclarés...), tant en régions qu’en centres-villes, ils ont pris de court syndicats et autorités, avec des barrages parfois entachés d’accidents mortels (11).

Une répression d’État : Des mobilisations qui, en prenant de l’ampleur, ont donné lieu à une répression sans précédent depuis la guerre d'Algérie... Répression condamné y compris par l'UE et l'ONU !...

La réponse du pouvoir (policière et judiciaire) au mouvement est un fait politique majeur. Rarement un mouvement social n’a été autant réprimé...

Zineb Redouane, 80 ans, est morte dans son appartement à Marseille, après avoir reçu une grenade lacrymogène au visage...Il y a eu 2495 blessés, selon un décompte arrêté au 4 octobre... 211 blessés à la tête et parmi eux, 24 ont été éborgnés, 5 ont eu la main arrachée, un pieds mutilé... (19 blessés par des grenades GLI-F4,199 blessés par des tirs de LBD40)...

Pour les 6 premiers mois de 2019, la place Beauvau a recensé 12 908 tirs de LBD (lanceurs de balle de défense). Au total, 12 107 personnes ont été interpellées en six mois, dont 10 718 ont été placées en garde à vue. Il y a eu, selon les derniers chiffres de la Chancellerie, plus de 2000 condamnations, dont 40 % à de la prison ferme, et autant d'affaires classées sans suite.... Outre les provocations, l'envoi de "casseurs", la répression ; les interdictions de manifester ou de se rassembler sont systématiques pour briser le mouvement (amendes de 135€, gardes à vue), etc...

Le média indépendant Bastamag ! a avancé fin septembre 2019 le chiffre de 3.000 condamnations, dont un tiers assorties de prison ferme.

Macron avait "montré la voie", en répondant sèchement à un étudiant lors d’une étape du grand débat : « Ne parlez pas de “répression” ou de “violences policières”, ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit. »...Depuis avec la lutte contre la "réforme des retraites, l’État continue dans le même registre  !...(voir articles en annexe)

 

Macron ne cède rien. Il agit en montrant qu’il n’est pas là pour faire une carrière politique. Comme s’il se foutait de ce qu’on pense ou dit de lui, et de son avenir politique. Comme s’il se foutait de sa cote de popularité. Pour être réélu ? Il fait comme si cela ne lui était pas un souci.

Macron agit comme un général mandaté par ses parrains de la finance pour détricoter et privatiser tout ce qui est collectif et solidaire en France. Et sa récompense ne sera peut-être pas d’être réélu ou de prendre place dans le paysage politique français, mais d’aller siéger dans de multiples conseils d’administration et notamment ceux des sociétés qu’il aura privatisées pour ses commanditaires. Il a agi en deux temps : en pourrissant l’État français de l’intérieur sous un Hollande bien acquis au même projet, et en prenant appui sur ce pourrissement pour mener à bien son pillage en règle de l’État. Voilà pourquoi il se moque de tous ces scandales à répétition le concernant et concernant son gouvernement. Il agit comme s’il était « en mission ». Voilà pourquoi nous avons un gouvernement « de crise » composé sans vergogne à moitié de millionnaires, voilà pourquoi il garde un Président de l’Assemblée mis en examen, ou des ministres liés à des lobbys, comme Wargon, Buzyn, et Delevoye « expert » pour la formation des cadres des Assurances ; et pourquoi sa ministre de la justice peut dire en rigolant qu’elle a juste oublié de déclarer trois appartements au fisc. Voilà pourquoi il met sans honte un voyou à la tête de la police et autorise à cette police des comportements de voyous.

Voilà surtout pourquoi il ne cède devant aucune grève. Parce qu’il s’en fout. Il se fout de vous, il se fout du pays, il se fout de la misère et de la pauvreté, il se fout des éborgnés et des amputés par sa police. Il s’en fout. Il détricotera tout jusqu’à la dernière maille sans écouter personne hors ses amis des 1 % les plus riches, sans état d’âme. Il n’a pas besoin de penser trop à son avenir : il est bien assuré de ce côté-là.

Et il terminera en laissant un pays épuisé et exsangue, trop sonné pour se défendre contre le plus violent des systèmes de finance néolibérale qu’on puisse imaginer.

Voilà pourquoi il ne cède pas, et voilà pourquoi la seule façon de le faire céder est de nous montrer plus obstinés, plus jusqu’au-boutistes, plus tenaces. Le seul mouvement qui l’ait jamais ébranlé, c’est celui des Gilets Jaunes, parce qu’il l’a désarçonné, politiquement et sur le terrain, là où il ne s’y attendait pas. Il faut ouvrir un intense débat politique, un immense RIC, pendant des mois pour affirmer des buts communs pour la masse des gens qui se réclament des principes de solidarité et d’égalité.

Il a déjà entrepris la privatisation des hôpitaux, de la SNCF, des gares, des aéroports, des barrages, de la Sécu. Il s’attaque à celle des routes, des universités, de la culture, de la justice. Cet homme ne veut plus de services publics qui appartiennent à tous et sont au service de tous. Il ne veut qu’un État minimum (armée, police, pouvoir judiciaire...) et nous savons tous qu’un tel État s’appelle une dictature.

Robert Joumard, Pierre Cours-Salies, Jean-Luc Picard-Bachelerie, Margaret Méchin, Jacques Testart, Jean-Michel Cosso, Jeanne Parreau, Fred Licciardi, Jean-Yves Sage, Christian Delarue, Guillaume Ageorges, Monique Demare, Serge Le Quéau et Bernard Bassemon, de la Commission démocratie d’ATTAC

janvier 2020

Publié dans Politique et Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Djeff 24/02/2020 12:27

Bon, à faire circuler le cas échéant si tu le permets. Merci Frico.