Décembre 1989 : L’invasion US de Panama

Publié le par frico-racing

Vers les 400 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

 Décembre 1989 : L’invasion US de Panama

Dans un sursaut de souveraineté, Noriega s'opposa à ses anciens "maitres" en refusant toute main mise US sur le canal, ce qui lui fut, fatal ! En décembre 1989 malgré les condamnations de l'ONU (mais le soutien de Mitterand), les USA bombardait le Panama, sous prétexte de "liquider" Noriega pour narcotrafic, lui qui était pourtant quelques temps avant un grand amis de Bush père, militaire protégé des USA, (un peu comme Ben Laden) salarié de la CIA qui servit de pont avec la Mafia Colombienne finançant grâce à la cocaïne, les coups tordus US et les guerres contre révolutionnaires sur le continent, sud Américain.

John Perkins raconte ce bombardement cruel, sur ce pays de 3 millions d'habitants au cours duquel le nombre de morts innocents (4000 ?) fut soigneusement caché, dans Les confessions d’un assassin financier.

Il cite Graham Green, qui écrit dans A la rencontre du Général  :

"En août 1981, alors que mes valises étaient prêtes pour mon cinquième voyage au Panama, j’appris par téléphone la mort de mon ami le général Omar Torrijos Herrera, qui y était mon hôte. Le petit avion dans lequel il se rendait à sa maison de Coclesito, située dans les montagnes panaméennes, s’était écrasé au sol, sans laisser de survivants. Quelques jours plus tard, son garde de sécurité, le sergent Chuchu, alias José de Jesûs Martinez, ex-professeur de philosophie marxiste à l’université de Panama, professeur de mathématiques et également poète, me dit : " Il y avait une bombe dans l’avion. J’en ai la certitude, mais je ne peux vous expliquer pourquoi au téléphone." "

On pleura partout la mort de cet homme qui s’était fait une réputation de défenseur des pauvres et des faibles et l’on demanda à Washington d’ouvrir une enquête sur les activités de la CIA. Cela ne risquait cependant pas d’arriver. Parmi les ennemis de Torrijos se trouvaient des gens immensément puissants.(p180)

Les chefs militaires étaient particulièrement irrités par les clauses du traité Carter-Torrijos qui les forçaient à fermer l’École des Amériques et le centre d’entraînement militaire tropical du U.S. Southern Command.

Parmi les ennemis commerciaux de Torrijos se trouvaient les grandes multinationales. La plupart entretenaient des liens étroits avec des politiciens américains et exploitaient la main-d’œuvre et tes ressources naturelles de l’Amérique latine : le pétrole, le bois, l’étain, le cuivre, la bauxite et les terres agricoles. (p.181)

À J’époque, je ne pouvais pas prévoir que Torrijos collaborerait avec Carter pour rendre le canal de Panama au peuple méritant légitimement de le posséder, ni que cette victoire, comme ses tentatives pour réconcilier les socialistes et les dictateurs latino-américains, irriterait suffisamment le gouvernement Reagan-Bush pour qu’il cherche à l’assassiner

Je ne pouvais pas prévoir non plus qu’il serait tué lors d’un simple vol dans son Twin Otter, ni que la plupart du monde extérieur aux États-Unis serait convaincue que sa mort, à l’âge de cinquante-deux ans, n’était que le plus récent d’une série d’assassinats perpétrés par la CIA.

S’il avait vécu, Torrijos aurait sans doute cherché à apaiser la violence endémique qui sévissait dans tant de nations d’Amérique centrale et d’Amérique latine. Vu ses antécédents, on peut présumer qu’il aurait tenté de conclure une entente afin de limiter la destruction des régions amazoniennes de l’Équateur, de la Colombie et du Pérou par les compagnies pétrolières internationales. Il en aurait résulté, entre autres, la réduction des terribles conflits qualifiés de guerres terroristes ou de guerres de la drogue par Washington, mais que Torrijos considérait comme les actes désespérés de gens ordinaires lentant de protéger leur foyer et leur famille. En outre, je crois bien qu’il aurait (p. 182)

Dès la fin des années 80, il devint manifeste, avec l’effondrement de l’Union soviétique et du mouvement communiste mondial, que le combat contre le communisme n’était plus le but que l’on poursuivait. Il était également évident que l’empire global, enraciné dans le capitalisme, aurait le champ libre. (p. 192)

L’héritage de Torrijos était encore vivant, même s’il était perpétué par des gens n’ayant ni sa compassion ni sa force de caractère. Les tentatives de Panama pour régler les différends dans l’ensemble de l’hémisphère se poursuivirent, tout comme persista la volonté de forcer les Ëtats-Unis à respecter les clauses du traité du canal. (p.197)

Noriega se retrouvait avec un président américain souffrant d’un problème d’image, ce que les médias appelaient l« facteur mauviette » de George H. W. Bush . Cela devint manifeste quand il refusa obstinément d’accorder une extension de quinze ans à l’École des Amériques. Ses mémoires contiennent un passage intéressant à ce sujet : "Malgré toute notre détermination et notre fierté de poursuivre l’œuvre de Torrijos, les États-Unis ne voulaient rien entendre. Ils désiraient une extension ou une renégociation sur l’installation [l’École des Amériques], disant qu’ils en avaient encore besoin à cause de leurs préparatifs de guerre en Amérique centrale. Mais cette École des Amériques nous mettait dans l’embarras. Nous ne voulions pas sur notre sol d’un terrain d’entraînement pour escadrons de la mort et militaires répressifs de droite. "

Le monde aurait peut-être dû s’y attendre, mais il fut néanmoins stupéfié lorsque, le 20 décembre 1989, les États-Unis attaquèrent le Panama, y lançant la plus grosse attaque aérienne commise sur une ville depuis la Deuxième Guerre mondiale. Cette agression sur une population civile ne répondait à aucune provocation. Le Panama ne constituait une menace ni pour les États-Unis ni pour aucun autre pays. (p.198)

Cette action unilatérale des États-Unis fut dénoncée par des politiciens, des gouvernements et la presse du monde entier comme une violation flagrante de la loi internationale.

Comme l’explique Noriega : "Je tiens à le préciser clairement : la campagne de déstabilisation lancée par les États-Unis en 1986 et qui s’est terminée par l’invasion du Panama en 1989 fut le résultat du rejet par les États-Unis de tout scénario comportant le contrôle futur du canal par un Panama indépendant, souverain et soutenu par le Japon "

La justification officielle fournie par Washington pour cette attaque ne reposait que sur un homme. Noriega était l’unique raison pour laquelle les États-Unis avaient envoyé des jeunes hommes et des jeunes femmes risquer leur vie et perturber leur conscience en tuant des gens innocents, dont un nombre inconnu d’enfants, et en mettant le feu à de larges portions de la ville de Panama. On dépeignait le général comme un méchant ennemi du peuple, un monstre trafiquant de drogue, ce qui fournissait au gouvernement une excuse pour envahir ce petit pays de deux millions d’habitants qui, comme par hasard, comportait l’un des plus précieux territoires du monde. (p.199)

Si le monde fut outré par cette entorse à la loi internationale et par l’inutile destruction d’une population sans défense par la plus puissante force militaire de la planète, peu d’Américains furent conscients de l’outrage ou des crimes commis par Washington car la couverture médiatique de ces événements fut très limitée. (page 120)

Tandis que l’ONU condamnait l’invasion barbare, le président français, François Mitterrand, fut le seul à la soutenir ouvertement. - See more at: http://www.investigaction.net/linvasion-de-panama-une-heroine-de-little-hiroshima/#sthash.ctQjSqDI.dpuf
Tandis que l’ONU condamnait l’invasion barbare, le président français, François Mitterrand, fut le seul à la soutenir ouvertement. - See more at: http://www.investigaction.net/linvasion-de-panama-une-heroine-de-little-hiroshima/#sthash.ctQjSqDI.dpuf

Jackson MILTON

Voir aussi :

Articles associés :

  1. Après l’assassinat d’Hervé Gourdel
  2. UN PAYS EST-IL DEMOCRATIQUE PARCE QU’IL Y A DES ELECTIONS ?
  3. La stratégie de l’émotion
  4. Les Etats-Unis, un modèle ? Non merci !
  5. Les théories du complot - frico-racing-passion moto
  6. 16 juillet 1942 : La rafle du Vel’ d’Hiv
  7. Manifestations interdites...Libertés en danger !
  8. COUP DE GUEULE : l'OTAN c'est la guerre
  9. Vers un TOTALITARISME rampant ?
  10. Paris 13 novembre 2015 - frico-racing-passion
  11. La peur gouverne ! - frico-racing-passion mot
  12. Etat d'urgence et libertés...
  13. NON à l'Union Sacrée ! - frico-racing-passion m
  14. La NOVLANGUE...LORSQUE LES MOTS PERDE
  15. Sécurité routiere et guerre psychologique - fric
  16. INSECURITE : Les RAISONS de la VIOLENCE ?
  17. Horreur à CHarlie HEBDO - frico-racing-passi
  18. CHARLIE : Non à la récupération !
  19. « EuroGendFor » : l’armée privée de l’UE, contre les peuples !
  20. TUEUR au T-MAX : Poser les bonnes questions !
  21. Ils préparent la guerre...et les esprits
  22. CETTE PSEUDO DÉMOCRATIE ... qui peut nous
  23. Les dessous de la guerre au MALI
  24. La France de Hollande, caniche d’Obama...
  25. Syrie : La guerre seule solution ?
  26. Quand les Américains voulaient gouverner la France
  27. Connaissez vous le TISA ?
  28. Le Grand Traité Transatlantique (TAFTA) expliqué aux nuls
  29. Histoire: Mon Mai 68 ou...
  30. Ukraine : Déclaration du Comité Valmy
  31. Que c'est il passé LE 6 JUILLET 1880 ?
  32. Vietnam. Le pays célèbre les 60 ans de la victoire de Diên Biên Phu
  33. Chavez est mort
  34. Anniversaire : "La chute du mur"
  35. Humeur : Pas touche au CHE !
  36. Henri Alleg est mort
  37. 11 Septembre...1973
  38. Retour sur "le choc pétrolier" de1973
  39. Nucléaire et désarmement
  40. Il y a 40 ans : La «révolution des œillets »
  41. "La Grèce a servi de cobaye à la théorie du choc"
  42. Stratégies de manipulation des masses
  43. L'EURO ? L'ARNAQUE !
  44. L'EURO a dix ans
  45. La machine à abrutir ne connaît pas la crise
  46. La lutte des classes ? Une réalité objective !
  47. La guerre des classes est déclarée
  48. Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"
  49. la "supériorité" de la civilisation occidentale ?
  50. USA Exécution de Troy Davis
  51. Le FN parti ouvrier ??
  52. FASCISME ET CAPITALISME - frico-racing-pa
  53. 1er janvier 1959 : Viva CUBA - frico-racing-pas
  54. Etat d'urgence et libertés... - frico-racing-passi
  55. VOYAGE à CUBA
  56. Meurtre fasciste à Paris
  57. Terrorisme, peurs, propagande et désinformation
  58. La guerre des classes est déclarée
  59. Histoire : Les origines du 8 mars
  60. Histoire du 1er mai
  61. Les 70 ans de l'affiche rouge
  62. Nelson Mandela est mort
  63. HISTOIRE : 17 octobre 1961, un crime d'état occulté
  64. PHILOSOPHIE - frico-racing-passion moto"
  65. Traité d'athéologie" Michel Onfray - frico-raci
  66. Le 21 février 1965, Malcolm X était assassiné -
  67. 1er janvier 1959 : Viva CUBA - frico-racing-passion moto
  68. Etat d'urgence et libertés... - frico-racing-passion moto
  69. FASCISME ET CAPITALISME - frico-racing-passion moto
  70. 6 évrier 1934
  71. Histoire : 50 ème anniversaire de Charonne
  72. Stéphane Hessel reste vivant
  73. Il y a vingt ans, Nelson Mandela était libéré.
  74. J F.Kennedy : le 22 novembre 1963
  75. "I have a dream" : c'était il y a 50 ans
  76. Vote utile ou vote futile ?
  77. Il y a 110 ans, disparition de Louise Michel
  78. Je ne m'occupe pas de politique
  79. 18 septembre 1981 : La France abolit la peine de mort
  80. Histoire : L’armistice du 11 novembre 1918
  81. 27 février 1933 : Incendie du Reeichstag
  82. Ils ont tué Jaurès, le centenaire

Toutes mes vidéos sur youtube:

link

Commenter cet article