Motobécane : L'Histoire

Publié le par frico-racing

Vers les 500 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

Motobécane :  L'Histoire

"MBK industrie" (précédemment Motobécane-Motoconfort) est un constructeur français de deux roues fondé en 1924, devenu en 1986 filiale deYamaha. En 2018, l'activité de l'usine se concentre uniquement sur la production de deux roues de la marque Yamaha...L'usine de St-Quentin continue de produire des motos et scooters pour la maison-mère Yamaha. Retour sur un siècle d'histoire(s).

1924 : Charles Benoît et Abel Bardin conçoivent leur premier motocycle, la MB1, puis grâce au soutien financier, administratif et technique de Jules Bénézech, le 11 décembre 1924, les "Ateliers de la Motobécane" à Pantin, sont créés. En sort la Motobécane, un modèle à fourche pendulaire non amortie équipé d'un moteur2 temps bicylindre de 175 cm3 à transmission par courroie. Ce modèle très simple se vendra jusqu'en 1929.

1926 : Création la marque Motoconfort en avec la sortie de la MC1 de 308 cm3 - avec une plaque rivetée « Moteur breveté Motobécane » - c'est la première moto de grosse cylindrée construite par les ateliers. Cette marque est aussi créée dans le but de ne pas compromettre le nouveau succès de l'entreprise en cas d'échec des ventes.

1929 : Début de production des BMA pour « bicyclettes à moteur auxiliaire » équipées d'un moteur 2-temps de 100 cm3. Ces petites machines munies de pédales peuvent se conduire sans permis dès l'âge de 16 ans mais ne doivent pas dépasser les 30 km/h ni peser plus de 30 kg. Le premier modèle est désigné « B1 ». La réglementation change pendant l'occupation et la catégorie BMA disparaît après la seconde guerre mondiale.

Une nouvelle catégorie voit le jour : le vélomoteur, de moins de 125 cm3, et les cyclomoteurs, de 50 cm3. En dix ans, Motobécane produit environ 150000 BMA. Dans les années 1930, Motobécane devient un grand constructeur de motos, avec de nombreux modèles de toutes cylindrées. On voit même des prototypes de 750 cm3 à quatre cylindres. Certains modèles ont aussi pris la dénomination « Motoconfort » pour des raisons commerciales.

1933 : La société produit sa première moto à 4 temps de 250 cm3. Durant cette période, une moto avec moteur à quatre cylindres en ligne est également produite en très faible quantité.

1946 : La D45 connaît un franc succès malgré une conception très avant guerre. Le petit 125 à soupapes latérales avoue les limites, imposées par son architecture, et la partie cycle reste archaïque. Le nouvel essor du pays permet à Motobécane d’envisager une succession plus aristocratique à la très populaire D45. Eric Jaulmes et son équipe étudient alors un 125 culbuté, un bloc compact et propre, agrémenté de quelques subtilités innovantes qui placeront d’emblée ce moteur parmi les meilleurs de sa catégorie.

Assemblé dans une partie cycle dérivée de celle de la D45A, mais agrémentée d’une suspension arrière coulissante, ce moteur sera la pièce maîtresse de ce qui deviendra en 1947, la Z46C et le fondement d’une famille de machines populaires de qualité qui traversera presque deux décennies.

1964 : Arrêt de la fabrication de la série « Z ». Pour la première fois depuis sa fondation, la firme ne produit plus de motos mais uniquement des cyclomoteurs et des bicyclettes.

La gamme vedette de Motobécane est la Mobylette, fabriquée à partir de 1949, et vendue à 14 millions d'exemplaires, ce qui fait de Motobécane le plus gros constructeur de cyclomoteurs à l'échelle mondiale. Les premiers modèles sont très rudimentaires : freins à patins, absence de suspension, pédalage obligatoire pour démarrer et monter les côtes, etc. Le variateur est un gros progrès, supprimant l'obligation de pédaler. Le cadre, d'abord tubulaire, est ensuite réalisé en tôle emboutie soudée électriquement, avec le réservoir inclus dans la poutre avant, ou en position haute, comme pour une moto.

Le Mobyx est un modèle destiné aux loisirs, ses dimensions compactes permettant de le loger dans un bateau de plaisance, une caravane, voire un coffre de voiture. Les tout derniers modèles haut de gamme conçus par l'ingénieur et directeur  Eric Jaulmes, les 99 Z et 95 TT, bénéficient d'un moteur équipé d'un contre-piston destiné à améliorer le remplissage du cylindre, c'est une sorte de compresseur.

1970 : Motobécane présente la 125 Standard bicylindre 2-temps. Il s'agit d'une tentative pour revenir sur le marché monopolisé par les machines japonaises. Elle sera suivie par les modèles Luxe, LT, LT1, LT2 puis LT3. Ces machines se distinguent par leur moteur à cylindres en alliage d'aluminium revêtu de chrome dur et par leur allumage électronique, suspendu sous un original mais excellent cadre double berceau. Au fil du temps le succès commercial s'émousse devant les progrès fulgurants d'esthétique, de finition et d'équipement de la concurrence nippone.

En 1975, la sortie de la LT3 apportera un remaniement esthétique, frein avant à disque, fourche Ceriani, un nouveau design du réservoir, un garde boue avant peint et de nouveaux compteurs et compte tours. Ce modèle est disponible en trois coloris, bleu Pyrénées, orange Roussillon et vert Normandie. En 1976, Motobécane lance la version LT3 coupe...

Motobécane tentera aussi une percée en 350 cm3, avec une trois-cylindres deux-temps, cinq vitesses, fortement inspirée des modèles Kawa et présentée aux salons 1972 de Cologne et de Paris. Un prix élevé, une arrivée tardive sur le marché anéantirent les efforts de finition et de conception consentis (phare bi-iode, réservoir de 20 litres, frein avant à disque, etc)....Un proto 500 injection sur base 350 ne sera jamais commercialisé !... Au début des années 1980, Motobécane tente une incursion dans le monde porteur des vélos-cross. Le poids important des vélos les empêche cependant de rivaliser avec les vraies stars du genre (du type BMX), mais la ligne donne un coup de jeune à la marque.

En 1983, Motobécane est en faillite et Xavier Maugendre, qui vient d'être déchargé par Kawasaki de l'importation de cette marque en France et ancien président de la chambre syndicale française des importateurs de motos, se porte repreneur avec quelques associés en créant une SA au capital de 250 000 francs. La société change de nom pour devenir MBK Industrie et après quelques péripéties, elle trouve des investisseurs. MBK Industrie est chargée par le gouvernement de relancer une moto française et notamment la marque BFG, ce qui tournera court. Les capitaux sont pour 60 % français, dont 20 % proviennent d'instances régionales de la Picardie. Les 40 % « étrangers » restant sont répartis entre Yamaha, deux importateurs de Yamaha (Sonauto, alors importateur entre autres de Yamaha en France et en Belgique) et le constructeur de deux-roues allemand Sachs qui cherche un débouché pour ses moteurs. Mais la situation de MBK est difficile du fait de la chute générale du marché des cyclomoteurs que ne suffit pas à compenser la percée dans la bicyclette - notamment le bi-cross (nombreux titres de champion du monde) et lemountain bike.

En 1986, une augmentation de capital majoritairement réservée à Yamaha donne à cette firme le contrôle de MBK. La situation se redressera par la production de modèles Yamaha dans l'usine de Saint-Quentin, (voir coordonnées du Musée ci dessous) dont une partie, essentiellement des scooters, est vendue en France sous la marque MBK. Il ne faut pas confondre MBK avec Motobecane USA, qui importe des deux-roues de Taïwan et de Chine . Les deux entreprises ne sont pas liées, hormis la marque qu'elles exploitent toutes les deux.

Frico (ici avec mes parents années 60)

Souces : https://fr.wikipedia.org/wiki/MBK_industrie

Articles associés :

  1. Histoire: mes motos, des origines à nos jours
  2. La Kawasaki 500 H1 - 1969
  3. 2 roues Peugeot : 120 ans d'histoire...
  4. http://www.frico-racing.com/article-les-40-ans-de-la-kawasaki-750-mach-iv-64743780.html
  5. Histoire des Honda CB 125 K
  6. La Honda 1000 CBX a 40 ans
  7. La Yamaha XS 650 1968 :
  8. Yamaha inventa le trail
  9. La Suzuki T500
  10. Histoire de la Honda CB 450
  11. La Honda RC 30 a 30 ans
  12. La 900 Bol d'or à 40 ans
  13. MONZA le 20 mai 1973
  14. La Honda VFR a 30 ans - frico-racing-passion moto
  15. La V Max à 30 ans
  16. La Yamaha XT 500 a 40 ans - frico-racing-pa
  17. La HONDA CB 350
  18. Basset Amdess Honda 750 four
  19. Réfection d’un moteur Honda CB 350
  20. Roulements de roue et Kit 836 pour le Side AMDESS Honda
  21. La HONDA 750 Four a 40 ans - frico-racing-passion moto
  22. La 350 MORINI a 40 ans
  23. Bultaco fête ses 60 ans
  24. Anniversaire : Les 70 ans de HONDA
  25. Histoire d'un constructeur : Elf 40 ans cette
  26. Les 50 ans de la guzzi V7 - frico-racing-pass
  27. Challenge Honda 125 S3
  28. La BMW 90 S a 40 ans
  29. La BMW K 100 a 30 ans
  30. http://www.frico-racing.com/article-31853247.html
  31. La 350 Motobecane à 40 ans
  32. Flashback sur la Honda 750 four
  33. La 350 MORINI a 40 ans
  34. La KAWASAKI Z 900 a 40 ans
  35. Les 40 ans de la Kawasaki H2 750, Mach IV
  36. La SUZUKI 750 GT a 40 ans
  37. La YAMAHA 750 TX a 40 ans
  38. BENELLI 100 ans cette année
  39. 90 ans pour MOTO GUZZI et 40 ans pour la V7 Sport en 2011
  40. ROYAL ENFIELD 110 ans cette année ?
  41. Petite histoire de NORTON
  42. Petite histoire de BSA
  43. Petite histoire de TRIUMPH
  44. Hisitoire: des HONDA RC de Grand Prix, la HONDA 6
  45. HONDA CB 350 "RACING"
  46. HONDA 500 Four "RACING"
  47. HONDA 350 RC 171 "Jim Redman réplica" sur base 400 CBX
  48. Side BMW : un nouveau jouet pour de nouvelles aventures...
  49. La HONDA 500 four fête ses 40 ans
  50. MONSTER GARAGE * (bis)
  51. Réfection du moteur BMW du side
  52. SIDE CAR SUZUKI 750 GS, ou...
  53. Monster Garage...ou
  54. Coluche : Histoire d'un motard
  55. MIKE HAILWOOD, c'était un 23 mars (+ vidéo)
  56. Disparition de Jean pierre BELTOISE - frico-rac
  57. Arturo Magni diparait à l'âge de 90 ans - frico-
  58. Luigi Taveri nous a quittés
  59. http://www.frico-racing.com/2018/03/il-y-a-un-an-angel-nieto-nous-quittait.html
  60. Le Bol 1969 : http://www.frico-racing.com/article-31853247.html
  61. 10 eme anniversaire de la disparition de Barry Sheene
  62. Hommage à Christian LEON
  63. Bernard Fau pilote et…cinéaste :

Toutes mes vidéos sur youtube:

link

Publié dans Histoire de la Moto

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article