Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

231 articles avec histoire et societe

Aout 1956 interdiction du PC Allemand (KPD)

Publié le par frico-racing

Vers les 400 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

Aout 1956 interdiction du PC Allemand (KPD)

A peine 11 ans après la victoire sur le nazisme, le gouvernement de l’Allemagne capitaliste, la RFA, faisait interdire le Parti communiste allemand, le KPD, parti des 150.000 déportés et des 30.000 fusillés dirions-nous en France. C’était il y a 60 ans, le 17 août 1956.

L’impérialisme allemand, déjà remis en selle à l’ouest du pays, vassal de l’impérialisme américain et en passe de retrouver sa prépondérance sur ses partenaires d’Europe de l’ouest, affichait sa conception de la démocratie.

La plupart des cadres ayant officié sous le 3ème Reich, avait gardé ou repris leur poste. De nombreux nazis avaient été recyclés, y compris dans la vie politique et les partis bourgeois et dans l’armée en reconstitution.

A l’inverse, la répression anticommuniste s’accentue. Dans le contexte de guerre froide, elle atteint un sommet, avec l’élimination du KPD légal. Elle continuera les décennies suivantes avec, notamment, les interdictions professionnelles frappant les communistes, jusqu’aux années 80. En 1968, le Parti communiste allemand DKP a pu être créé, mais avec des statuts différents du KPD qui demeurera interdit.

Le combat pour la réhabilitation et l’indemnisation des communistes lésés, mené notamment par le DKP, montre aujourd’hui, combien, malgré la fin de la guerre froide, l’Allemagne capitaliste a moins que jamais tourné la page.

Nous republions l’article de Markus Bernhardt, publié à l'origine dans le quotidien progressiste allemand Junge Welt, le 10 août 2016. Traduction MlN pour « Solidarité internationale PCF – Vive le PCF ».

----------

Paranoïa anticommuniste

Il y a 60 ans, le Parti communiste allemand KPD était interdit. Le coup le plus dur porté à la gauche après la libération du fascisme

Par Markus Bernhardt

Il y a 61 ans, le 17 août 1956, la Cour constitutionnelle fédérale, sur requête du gouvernement de l’époque, dirigé par le chancelier Konrad Adenauer, interdisait le Parti communiste d’Allemagne (KPD). Pour la deuxième fois, l’interdiction d’un parti était prononcée dans l’histoire de l’Allemagne fédérale, après celle du parti fasciste « Sozialistische Reichspartei » (SRP).

L’élimination perfide du KPD a durement frappé le parti et ses adhérents. Onze années seulement après la libération du fascisme hitlérien, les adhérents du parti communiste fondé en 1918 par Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht et Wilhelm Pieck, qui sortait de douze ans d’interdiction sous le fascisme allemand, étaient à nouveau la cible d’une attaque d’Etat. Et cela bien que le KPD ait payé un si lourd et sanglant tribut au combat contre Hitler. De ces 300.000 adhérents d’avant 33, quelque 150.000 furent internés dans les soi-disant camps de concentration ou dans des bagnes. Environ 30.000 communistes furent assassinés. Le président du KPD, l’ancien ouvrier du port de Hambourg, Ernst Thälmann, fut exécuté, après onze années en cellule d’isolement, en août 1944, sur ordre express d’Hitler.

Malgré tout cela, le régime d’Adenauer, qui voulait voir dans le KPD un grand danger pour l’Etat qui a succédé au « Troisième Reich », décida de porter un coup fatal aux communistes. Le Parti fut dissout, ses élus du peuple furent déchus de leur mandat, des milliers d’adhérent furent traînés devant les tribunaux. Rien qu’entre les années 1950 et 1968, presque 200.000 procédures furent engagées contre des adhérents, réels ou présumés, du KPD. Elles aboutirent à 10.000 procès au total, qui se conclurent pour les personnes criminalisées par de la détention, la perte de leur emploi, la privation de leurs droits civiques et d’autres discriminations.

Les juges de Karlsruhe fondèrent la légalité de l’interdiction du KPD sur les buts poursuivis par le Parti qui auraient été « dirigés » contre « les principes de la démocratie libre ». A l’époque, pour la Cour constitutionnelle, cela tenait dans une formule, condensée de l’enseignement du marxisme-léninisme sur le développement de la société : « l’avènement d’un ordre social socialiste-communiste par la voie de la révolution prolétarienne et de la dictature du prolétariat ». Les juges qualifièrent le KPD en conséquence de « parti marxiste-léniniste de combat », qui aurait refusé, selon eux, les « principes et institutions » dont « l’application et l’existence » auraient été « la condition du fonctionnement d’un ordre démocrate libre ».

Comme véritable motif de l’interdiction du KPD, le DKP fait l’analyse au contraire aujourd’hui que le gouvernement Adenauer avait engagé secrètement, dès 1949, malgré tous les serments fait publiquement pour la paix, les préparatifs du réarmement. Ainsi, « la constitution d’une nouvelle Wehrmacht » aurait été confiée à « d’anciens généraux d’Hitler ». A l’encontre de ces projets existait un large sentiment profondément antimilitariste qui s’exprimait à travers les nombreuses consultations populaires, manifestations et initiatives de protestation organisées par le KPD et d’autres forces pour la paix. La déclaration éditée par le DKP à l’occasion du 60ème anniversaire de l’interdiction du KPD conclut : « du point de vue des gouvernants, il fallait criminaliser et abattre la résistance considérable au réarmement, recherché systématiquement, de l’Allemagne de l’Ouest et à sa transformation en « Etat en première ligne sur le front » ».

La répression et la campagne anticommunistes atteignirent un sommet avec l’interdiction du KPD mais elles ne s’arrêtèrent pas là. Déjà en 1951, le mouvement de jeunesse « La libre jeunesse allemande (FDJ) » avait été interdit en Allemagne de l’Ouest, ce que devait confirmer trois ans plus tard la Cour constitutionnelle. En 1972 suivit le soi-disant « décret sur les extrémistes » sur la base duquel, surtout dans les années 70 et 80, la soi-disant « loyauté à la constitution » était vérifiée chez les postulants à la fonction publique via des millions de demandes d’attestation à l’office de la « protection de la constitution ». 11.000 procédures furent engagées à la suite de ce décret ; près de 1200 demandeurs d’emploi public furent rejetés et près de 300 fonctionnaires furent limogés. Parmi les personnes concernées par ces mesures d’épuration politiques ne se trouvaient pas que des communistes, loin de là, mais aussi des syndicalistes et des militants du mouvement pacifiste. Il leur était même refusé de devenir conducteur de locomotive ou employé des postes.

Ces tâches qui salissent la soi-disant « culture politique démocratique » n’ont toujours pas fait l’objet d’un examen correct. Il est toujours passé sous silence que les victimes de la stratégie de répression anticommuniste, qui, dans les faits, persiste aujourd’hui, n’ont jamais été réhabilitées ou indemnisées pour l’injustice que l’Etat a commise à leur encontre.

Manifestations et initiatives en 2016

A l’occasion du 60ème anniversaire de l’interdiction du Parti communiste d’Allemagne (KPD), des initiatives sont organisées dans plusieurs villes.

60 ans après le jugement de la Cour constitutionnelle fédérale contre le KPD, le Parti communiste allemand (DKP) mobilise pour une manifestation à Karlsruhe, le 10 septembre (15h) sur la place Ludwig, au cœur de la deuxième ville de Bade-Wurtemberg.

Aux côtés du président du DKP, Patrik Köbele, la députée au Bundestag « die Linke », Karin Binder de Karlsruhe, ainsi que des représentants de partis communistes amis d’Europe participeront à la manifestation. A l’issue de la manifestation est également programmé un débat (au local « Walhalla », Augartenstrasse 27), dans le cadre duquel le président délégué du DKP, Hans-Peter Brenner, l’avocat munichois Hans E. Schmitt-Lermann évalueront, sur plan politique et juridique, la portée de l’interdiction du KPD. En conclusion, l’ancien président du DKP, Herbert Mies et l’ancien membre du présidium du DKP, Willi Gern participeront à une discussion en tribune.

SOURCE:

Articles associés :

  1. Après l’assassinat d’Hervé Gourdel
  2. Fascisme ou Humanisme, l'heure des choix -
  3. Hollande sur Mélenchon : "l'hommage du vic
  4. La guerre est devenue un moyen de gouverner
  5. 100 ans de trahisons socialistes (des origines
  6. Pourquoi les pauvres votent-ils contre leurs
  7. Rompre définitivement avec le PS - frico-raci
  8. Je ne m'occupe pas de politique - frico-racin
  9. La stratégie de l’émotion
  10. Les Etats-Unis, un modèle ? Non merci !
  11. Les théories du complot - frico-racing-passion moto
  12. 16 juillet 1942 : La rafle du Vel’ d’Hiv
  13. Manifestations interdites...Libertés en danger !
  14. COUP DE GUEULE : l'OTAN c'est la guerre
  15. Vers un TOTALITARISME rampant ?
  16. Paris 13 novembre 2015 - frico-racing-passion
  17. La peur gouverne ! - frico-racing-passion mot
  18. Etat d'urgence et libertés...
  19. NON à l'Union Sacrée ! - frico-racing-passion m
  20. La NOVLANGUE...LORSQUE LES MOTS PERDE
  21. Sécurité routiere et guerre psychologique - fric
  22. INSECURITE : Les RAISONS de la VIOLENCE ?
  23. Horreur à CHarlie HEBDO - frico-racing-passi
  24. CHARLIE : Non à la récupération !
  25. « EuroGendFor » : l’armée privée de l’UE, contre les peuples !
  26. TUEUR au T-MAX : Poser les bonnes questions !
  27. Ils préparent la guerre...et les esprits
  28. CETTE PSEUDO DÉMOCRATIE ... qui peut nous
  29. Les dessous de la guerre au MALI
  30. La France de Hollande, caniche d’Obama...
  31. Syrie : La guerre seule solution ?
  32. Quand les Américains voulaient gouverner la France
  33. Connaissez vous le TISA ?
  34. Le Grand Traité Transatlantique (TAFTA) expliqué aux nuls
  35. Histoire: Mon Mai 68 ou...
  36. Ukraine : Déclaration du Comité Valmy
  37. Que c'est il passé LE 6 JUILLET 1880 ?
  38. Vietnam. Le pays célèbre les 60 ans de la victoire de Diên Biên Phu
  39. Chavez est mort
  40. Anniversaire : "La chute du mur"
  41. Humeur : Pas touche au CHE !
  42. Henri Alleg est mort
  43. 11 Septembre...1973
  44. Retour sur "le choc pétrolier" de1973
  45. Nucléaire et désarmement
  46. Il y a 40 ans : La «révolution des œillets »
  47. "La Grèce a servi de cobaye à la théorie du choc"
  48. Stratégies de manipulation des masses
  49. L'EURO ? L'ARNAQUE !
  50. L'EURO a dix ans
  51. La machine à abrutir ne connaît pas la crise
  52. La lutte des classes ? Une réalité objective !
  53. La guerre des classes est déclarée
  54. Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"
  55. la "supériorité" de la civilisation occidentale ?
  56. USA Exécution de Troy Davis
  57. Le FN parti ouvrier ??
  58. FASCISME ET CAPITALISME - frico-racing-pa
  59. 1er janvier 1959 : Viva CUBA - frico-racing-pas
  60. Etat d'urgence et libertés... - frico-racing-passi
  61. VOYAGE à CUBA
  62. Meurtre fasciste à Paris
  63. Terrorisme, peurs, propagande et désinformation
  64. La guerre des classes est déclarée
  65. Histoire : Les origines du 8 mars
  66. Histoire du 1er mai
  67. Les 70 ans de l'affiche rouge
  68. Nelson Mandela est mort
  69. HISTOIRE : 17 octobre 1961, un crime d'état occulté
  70. PHILOSOPHIE - frico-racing-passion moto"
  71. Traité d'athéologie" Michel Onfray - frico-raci
  72. Le 21 février 1965, Malcolm X était assassiné -
  73. 1er janvier 1959 : Viva CUBA - frico-racing-passion moto
  74. Etat d'urgence et libertés... - frico-racing-passion moto
  75. 6 évrier 1934
  76. Histoire : 50 ème anniversaire de Charonne
  77. Stéphane Hessel reste vivant
  78. Il y a vingt ans, Nelson Mandela était libéré.
  79. J F.Kennedy : le 22 novembre 1963
  80. "I have a dream" : c'était il y a 50 ans
  81. Vote utile ou vote futile ?
  82. Il y a 110 ans, disparition de Louise Michel
  83. Je ne m'occupe pas de politique
  84. 18 septembre 1981 : La France abolit la peine de mort
  85. Histoire : L’armistice du 11 novembre 1918
  86. 27 février 1933 : Incendie du Reeichstag
  87. Ils ont tué Jaurès, le centenaire

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>