Répression routière : Hortefeux met le paquet

Publié le par frico-racing

Une circulaire du ministre de l’Intérieur, en date du 9 octobre et adressée au Préfet de police, aux Directeurs de la police et de la gendarmerie et aux Préfets de régions nous est parvenue, qui en dit long des intentions des pouvoirs publics en matière de répression.

Au menu, toute une série de mesures visant à contrer la brusque augmentation de l’insécurité routière enregistrée en septembre : renforcement des contrôles, de la sévérité et une augmentation des « objectifs assignés »

- entendez par là, des quota PV.

Dans le texte : « Les résultats de l’activité des forces de l’ordre pendant les derniers mois 2009 devront être supérieurs à ceux du dernier trimestre de l’année précédente. » Bref, les quotas doivent exploser.

Et la porte à tous les débordements est ouverte, avec la bénédiction du chef !

Un contrôle tous les 10 km !
Premiers visés : les jeunes et les fêtards via un renforcement des actions la nuit, en particulier en fin de semaine, et entre autres, des contrôle d’alcoolémie et de prise de stupéfiants (on ne peut pas être contre…) en sortie de boîte de nuit.

La vitesse n’est pas oubliée.

Le ministre en appelle à une utilisation intensive des radars mobiles de jour comme de nuit, de véhicules banalisés, mais aussi à des modes d’action innovants, via un dispositif particulièrement diabolique : la mise en place, sur un tronçon de route donné, de postes de contrôles échelonnés (tous les 10 km) pour obliger au respect permanent du Code de la route.

Moto, scooters et vélos !
Un paragraphe est également consacré aux deux-roues, motorisés ou non.

Si des contrôles spécifiques sont demandés envers les cyclistes (visant notamment l’alcool et les stupéfiants avec sanctions adaptées), les motorisés ne sont pas oubliés.

Dans le collimateur, la vitesse excessive et la conformité des plaques d’immatriculation.

Si la note n’en dit pas plus, on doit toutefois s’attendre à une surveillance pointilleuse du fameux « respect des règles » - dont la remontée de file.

Quand il faut assurer les objectifs, tout est bon à prendre.

Plus inquiétant, le ministre signale à mots à peine voilés son intention de voir la justice accompagner ce mouvement de répression : « Je vous demande de prendre attache avec les procureurs de la République compétents afin de favoriser une harmonisation départementale des sanctions judiciaires. » Autrement dit, ni d’indulgence ni de quartiers.

Vous avez dit démocratie ?

Motomag-Alain Corroler - 23/10/2009

N'est il pas temps de s'élever contre tout cela...voir  mon article : "Sécurité routiére, les limites du tout repressif"

frico

Toutes mes vidéos sur:

http://www.youtube.com/fricoracing

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article