Réchauffement climatique : les recherches qui dérangent

Publié le par frico-racing

Pretexte à de nouvelles taxes (carbone, éco-taxe, climat/énergie, puits, cheminée, etc), dans le domaine du "réchauffement climatique", comme dans d'autres (la crise, la dète, la retraite, etc...), intuitivement, je pensais bien qu'on nous prenait là aussi pour des cons, ARTE a rouvert le débat avec une émission en juin dernier...

frico


Climat. Le soleil fait tache !

Il s’appelle Henrik Svensmark, il est danois et physicien de son état, il sera peut-être un jour reconnu comme l’égal des plus grands. Pour le véritable scientifique qu’il est, les faits viennent avant les théories, avant l’idéologie surtout.

De quels faits s’agit-il ? L’influence du soleil sur le climat est déterminante.

Henrik-Svensmark-460x306

Ce qui nous semble évident ne l’est pas mais pire encore, les climatologues corrompus par l’idéologie, le conformisme et la course aux subsides rejettent cette idée avec force, voire avec hargne et la plus évidente mauvaise foi pour certains : le dogme dominant leur discipline est que le réchauffement climatique constant observé au XXe siécle est causé par l’activité humaine et l’émission de gaz carbonique qu’elle provoque.

Pour Henrik ce dogme est totalement erroné : il sait comme beaucoup qu’il existe une corrélation presque parfaite depuis quatre siècles entre le nombre de taches solaires et la température sur terre, mieux la reconstruction de l’activité solaire grâce à l’étude de rapports isotopiques de divers composés chimiques liés à l’activité solaire il est possible de rendre compte de phénomènes historiques comme l’optimum médiéval, période particulièrement douce durant laquelle on fait pousser de la vigne en Écosse pendant que les Vikings colonisent une terre verte et accueillante : le Groenland.

Climat. Une idéologie réchauffée ?

Cette corrélation se retrouve dans les études de la mousson en Asie, elle est générale et extrêmement troublante, pourtant les idéologues néo-malthusiens s’en moquent, leur grande affaire c’est le gaz carbonique, peu importe si il explique beaucoup moins bien, voire pas du tout, les variations climatiques passées et les températures actuelles, ce qui est important c’est de désigner l’homme comme unique responsable d’un réchauffement qui finalement détruira la planète.

Il leur est d’autant plus facile d’écarter le rôle de l’activité solaire que ses variations en terme d’irradiation directe sur la Terre ne permet pas d’expliquer directement les variations de température observées, simple corrélation sans rapport de cause à effet disent-ils. Comment pourtant ne pas être frappé par un phénomène d’une telle constance au cours des âges ?

Climat et rayonnement cosmique

Henrik s’intéresse au rayonnement cosmique, ce bombardement incessant de notre atmosphère de particules à haute énergie issues des colossales explosions de super-novae dans notre galaxie, il se souvient alors d’expériences d’ionisations dans des chambres spéciales pour étudier la formation d’aérosols, une idée d’une brillante simplicité lui vint alors : la formation et la dynamique des nuages sur notre planète ne seraient-elles pas directement liées au rayonnement galactique ?

graphique

Le mystère de la corrélation entre activité solaire et température serait alors expliqué. En effet en cas de forte activité de notre étoile le rayonnement galactique serait dévié de notre planète et la moindre création d’aérosols qui en résulterait diminuerait la couverture nuageuse et donc de l’albédo (la réfraction des rayons solaires par les nuages), d’où une élévation de la température. À l’inverse une diminution des vents solaires augmenterait l’impact du rayonnement galactique et une augmentation de la couverture nuageuse, provoquant ainsi une baisse de la température.

Une équipe du CERN indépendante de celle de Svensmark a entrepris une étude de longue haleine (nommée CLOUD) dans un caisson spécial construit à cet effet pour parfaire notre connaissance de l’impact des particules à haute énergie sur la création d’aérosols si importants pour comprendre les nuages. CLOUD a publié ses premiers résultats l’année passée, s’ils ne valident pas totalement la théorie du rayonnement galactique (la limitation due à la taille de la chambre ne le permet pas), ils montrent qu’on ne peut plus l’écarter l’influence du rayonnement cosmique sur la formation des nuages. L’équipe de Svensmark a, quant à elle, étudié la corrélation entre grosses explosions solaires et diminution de la couverture nuageuse avec des résultats extrêmement encourageants.

Si la théorie du rayonnement galactique devait être confirmée il s’agirait d’une véritable révolution copernicienne : les nuages ne sont pas le résultat du climat, mais plutôt le climat une conséquence du rayonnement galactique par le truchement des nuages !

Il faut bien entendu rester prudent, ne pas tomber dans les mêmes exaltations idéologiques auxquelles nous a habituées le GIEC, une chose reste de toute façon : le retour de pratiques scientifiques solides et décentes dans une discipline qui avait perdu toute crédibilité, préférant les oracles de modèles informatiques à la réalité.

Svensmark vient de publier un remarquable papier sur le rayonnement galactique et son impact sur la vie terrestre, en particulier l’explosion cambrienne, mais ceci est une autre histoire…

 

Source :
Tibor Skardanelli

Pas de réchauffement climatique depuis 1997

Dans le même sens, un nouveau rapport ( A new report ) écrit par le Dr David Whitehouse et publié aujourd’hui par la Global Warming Policy Foundation conclut qu’il n’y a eu aucune augmentation statistiquement significative des températures globales annuelles depuis 1997.
 
Après avoir analysé la littérature scientifique, le rapport conclut que la stagnation est un fait empirique et une réalité qui défie les modèles actuels sur le changement climatique. Pendant la période où la température globale de la terre est demeurée statique, la composition atmosphérique en gaz carbonique a augmenté de 370 à 390 ppm.
 
“La stagnation est une réalité et n’est pas le résultats de choix de points de départ et d’arrivée. Son commencement peut-être visualisé clairement dans les données et cela continue jusqu’à aujourd’hui”, a dit le Dr Whitehouse, l’auteur du rapport.
 
Le rapport démontre que la stagnation des températures a été un sujet de discussion actif dans la littérature scientifique depuis des années, mais que ce débat scientifique n’a pas été suivi par la majorité des médias, ni reconnu par ceux qui font campagne sur le "changement climatique", les sociétés scientifiques et les scientifiques éminents sur le sujet.global20warm5f5c-f4eeb-bb21c
“Si la stagnation continue pour encore quelques années, cela voudra dire qu'une personne venant juste d’atteindre l’âge adulte, ou plus jeune, n’aura été le témoin d’aucun réchauffement de la Terre durant le cours de sa vie”, a dit l’auteur de rapport.
Dans son introduction au rapport, Lord Tumbull, ancien secrétaire de cabinet et chef du Home Civil Service a commenté :
“Le Dr Whitehouse est un homme qui mérite d’être écouté. Il a suivi une approche consistante d’analyse des observations plutôt que de grandes projections de modèles informatiques, qui sont trop souvent cités comme “preuves”. Il analyse sans passion les données, essayant d’établir ce que celles-ci nous disent, plutôt que de les utiliser pour confirmer une vision préétablie.”

Articles associés :

Sans plomb E10 : la mauvaise "bonne idée"

Réchauffement climatique : réalité ou arnaque?

Retour sur "le choc pétrolier" de1973

Respirez, c'est la taxe...

 

Réchauffement climatique : la manipulation ?

Le 21 décembre 2012...La fin du monde !

Astronomie, loisir et passion

Dècouverte du BOSON de HIGGS

Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"


Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Henri 15/10/2013 12:36

Je n'ai pas été très honnête en disant que le methane est 22 fois plus efficace que le CO2:
Dit comme ça, c'est vrai mais alors que le CO2 est un résidu de combustion le méthane est destiné à être brûlé, ce ne sont donc que les fractions imbrûlées qui sont très critiques (et qui
s'ajoutent au CO2 produit par sa combustion).

Henri 15/10/2013 12:31

Il est beaucoup plus "politiquement correct" de justifier une taxe par un soucis écolo en culpabilisant le quidam, que de la justifier par le soucis de recherche d'indépendance par rapport aux pays
producteurs de pétrole.

Or il se trouve que les actions à mener pour limiter les émissions de CO2 ont aussi pour effet de limiter notre consommation de pétrole....Finalement ça arrange bien nos politiques cette histoire
de réchauffement climatique.

Au fait, la non dépendance du pétrole on l'aura quand on aura les gaz de schiste en masse, qui ne sont que du méthane (CH4) dont l'effet sur le réchauffement climatique est évalué à 22 fois
supérieur à celui du CO2...