Lou Reed : Le parrain du rock ne chantera plus

Publié le par frico-racing

"Lou Reed le Godfather of punk, l'Ange noir du rock, est décédé dimanche matin à 11 heures, heure locale, à l'âge de 71 ans. C'est le magazine Rolling Stone qui a annoncé la triste nouvelle quelques heures après.lou

L'agent du chanteur Andrew While a confirmé au Guardian le décès de l'artiste emporté après des complications à l'issue de sa greffe du foie subie au printemps dernier. Quelques heures avant qu'il ne parte, ses comptes officiels Twitter et Facebook avaient publié un dernier message, intitulé "La porte" : une photo d'une affiche le représentant, collée sur l'entrée d'un bâtiment. Lou Reed restera un véritable exploit de longévité si l'on considère que, dans les années 1970, il occupait chaque année avec Keith Richards les premières places du classement des personnalités ayant le plus de chances de mourir dans l'année.

Lewis Alan Reed est né le 2 mars 1942 à Brooklyn, New York, dans une famille d'immigrés juifs. Effarés par les penchants artistiques du jeune garçon qui s'intéresse au rock and roll et au jazz et surtout par ses tendances homosexuelles, ses parents lui font subir à dix-sept ans des séances d'électrochoc. Cela provoqua un traumatisme énorme auquel il fera référence quinze ans plus tard dans la chanson "Kill your Sons" et des colères et une violence qui alimenteront des poèmes provocants au réalisme cru qu'il mettra plus tard en musique avec son groupe le Velvet Underground.

La fièvre glauque du Velvet

Formé en 1965, le Velvet fut découvert et lancé par Andy Warhol, qui l'invitait à jouer dans tous ses happenings. Au début, ce n'était qu'un groupe new-yorkais de plus, ils ne se posaient pas en fines gâchettes du manche, ils jouaient plutôt brouillon, approximatif, les doigts rataient fréquemment les notes, les plantages étaient légion, mais ils étaient propulsés par une fièvre glauque, une énergie sournoise qui balayait tout comme une lame de fond. Elle trouvait sa puissance dans ces poèmes aux images si fortes qui chantaient la rue, la défonce, la perversion, le sexe. Que des sujets tabous, honnis par une Amérique prude qui supportait qu'un Dylan lui dise qu'elle faisait n'importe quoi au Vietnam, mais qui ne voulait surtout pas entendre un homosexuel drogué lui raconter que ses grandes villes sombraient dans la perversion !..."

 
Sources : Par Sachat Reins Le point.fr (extraits)

Articles associés :

Il y a 35 ans Jacques Brel nous quittait

Les Stones célébrent leur 50 ans

L'excellent Nowhere Boy

The RABEATS en concert

Jimi Hendrix : 40 ans déja !

HELLFEST Festival Rock métal

Jean Ferrat disparait


Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Publié dans Science et Culture, Musique

Commenter cet article