LES RESTOS DU CŒUR, CA BAT FORT !

Publié le par frico-racing

Cherchez l'erreur !

Pas honte les gouvernements successifs qui inaugurent chaque année, les "réstos du cœur"...Et qui comme celui de Walls envisagent dans le même tempts de bloquer les salaires !

frico


 bon

C’est l’ouverture de la 30eme campagne d’hiver des Restos du Cœur, magnifique ! Avec un million de personnes accueillies lors de la précédente campagne et 130 millions de repas servis dans les 2 090 centres, les Restos du Cœur tiennent bon dans un contexte il est vrai favorable à ce genre d’activité…  

Les perspectives de croissance sont importantes, c’est une entreprise en plein essor qui fait mieux d’années en années, qui pulvérise tous ses records, à ce rythme elle finira cotée en bourse. Cette petite entreprise ne connait pas la crise, mieux, elle vit de la crise! Car la pauvreté progresse à grand pas et  le nombre d’exclus est en constante augmentation grâce à la persévérance et l’effort soutenu de nos gouvernants !

Les restos du cœur sont devenus une véritable institution, et le concert annuel devient pour les artistes et les chanteurs un passage obligé. Il offre aux vedettes nanties l’occasion d’être associées à une belle image compassionnelle, et améliore l’image de ceux qui y participent. Certains artistes que l’on connait pour leur  vote bien à droite, ou qui se barrent à l’étranger pour ne  pas payer d’impôts, viennent y prôner la charité plutôt que l’égalité. C’est une espèce de club où l’on rentre par cooptation, réunissant des gens qui sont là d’abord pour se montrer, éventuellement pour passer du bon temps ensemble, et accessoirement pour ramener de l’argent.

La compassion est une vertu capitaliste, la pitié est habilement mise en scène et évite  toute  réflexion  politique.  On  exploite  la  sensibilité  du  citoyen  afin  que  les  sentiments remplacent la raison. Le téléthon, par exemple fait pleurer dans les chaumières, mais  ne pose pas la question de fond sur le financement de la recherche et les profits exorbitants  des  industries  pharmaceutiques  pour  qui  la  maladie  est  un  marché comme un autre.

La charité ne fait qu’entériner l’existence de la souffrance et renonce à en corriger la  cause.  Il  est  plus  facile  de  mobiliser  l’émotion  que  remettre  en  cause  une politique.  Au  contraire  cela  sert  souvent  à  la  justifier.  Chacun  se  donne  bonne conscience en participant à ces grands shows médiatiques, et passe sous silence le pourquoi de la situation. Quelqu’un a dit «quand je fais l’aumône aux pauvres, on dit que je suis un saint. Quand j’explique pourquoi ils sont pauvres on dit que je suis communiste».

Combien  de  pauvres,  combien  d’exclus  qui  bénéficient  de  charité  ou  qui  vont manger aux restos du cœur, ne vont pas voter, ou pire, votent pour ceux qui les ont plongés dans la misère. C’est pourquoi distribuer de l’aide sans expliquer aux individus les raisons de leur situation ne sert à rien. Pire, cela conforte le système, car ils pensent que c’est grâce au système qu’ils reçoivent de l’aide. Comme sur l’alcool,  ou  les  paquets  de  cigarettes  il  est  inscrit  une  mise  en  garde,  sur  chaque paquet de pâtes, d’huile ou de conserve distribué, il faudrait mettre une étiquette: «le capitalisme vous a baisé».

Toutes les associations qui aident les pauvres et les laissés pour compte feraient bien  de  revendiquer  l’abolition  de  la  misère,  plutôt  que  de  l’accompagner  Maintenir les pauvres dans leur sort par une charité institutionnalisée via le RSA, le RMI ou les diverses aides sociales, permet de passer sous silence les véritables flots  d’argent  que  l’on  distribue  aux  plus  riches  :  le  paquet  fiscal  ou  les remboursements d’impôts n’en sont qu’une partie ! Et ce sont les contribuables qui payent l’addition !

La redistribution ne doit pas se faire sous forme de charité spectacle ou charité business, la redistribution doit se faire par un partage équitable des richesses. De l’argent il y en a, il y en a même beaucoup, et en allant le prendre là où il se trouve on pourra sans difficulté subvenir aux besoins de l’ensemble de la population.

Ce n’est pas un choix économique, c’est seulement un choix politique !

 

Source : 2CR link


Articles associés :

Le caritatif en question !

Ces 1% qui affament le reste du monde !

« La pauvreté n'est pas naturelle »…

En finir avec "l'état providence"...

« Salauds de pauvres » ?

Baisser les impôts ? Bientôt la déclaration, parlons en !

L'illusion de la Démocratie...
La guerre des classes est déclarée

LES « CHARGES SOCIALES », CA N’EXISTE PAS !

CHÔMAGE ET ÉCONOMIE : DROIT DANS LE MUR !

Abstention, piége à cons !

De la "bonne" utilisation des crises et catastrophes

"La Grèce a servi de cobaye à la théorie du choc"
Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"

Pourquoi ?

Gouverner, c’est prévoir ?

Les nouveaux chiens de garde : suite

La machine à abrutir ne connaît pas la crise

CQFD – Les religieux sont moins intelligents que les athées !

Télévision, l'appel aux plus bas instincts

Stratégies de manipulation des masses


Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Publié dans Politique et Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article