Interdire ou non les spectacles de Dieudonné ?

Publié le par frico-racing

La liberté d’expression ne peut signifier que tout propos est digne de débat.

Tenir des propos racistes, antisémites, ne peut être accepté au nom d’une conception désincarnée de la liberté. De tels propos relèvent d’une construction intellectuelle consistant à classer les êtres humains en fonction de leur couleur de peau, de leur religion réelle ou supposée, de leur genre ou de leur orientation sexuelle, on sait ce que cela a donné dans l'histoire (esclavage, pogroms, Shoah, apartheid etc).aushwitz-jpg 1976101

En conséquence, le racisme et l’antisémitisme (qui n’est pas l’anti-sionisme) ne sont pas des opinions dont on pourrait rire dans des « spectacles humoristiques » ou débattre entre « intellectuels » de bonne compagnie.

D’accord ou pas, dans notre pays ce sont des délits punis par la loi (lois de 72, 81 et 90).quenelle

Interdire ou non les spectacles de Dieudonné ?

Même si l'interdiction et la censure ne sont pas la solution, comme pour d’autres, la loi aurait dû être appliquée depuis longtemps. En optant pour l’interdiction, Manuel Valls a choisit la manière forte et la démagogie.

Non seulement le ministre de l’Intérieur donne ainsi du grain à moudre aux conspirationnistes que sont Dieudonné et son « éminence grise », Alain Soral (co-auteur du programme du FN) qui bénéficie lui aussi d’une incroyable audience, mais la dénonciation publique des deux acolytes agit comme une caisse de résonance, « l’humoriste » bénéficiant aujourd’hui d’une publicité inespérée.

Plutôt qu’interdire, il aurait sans doute suffi de continuer à appliquer la loi, de condamner au cas par cas les propos racistes, sexistes et homophobes de Soral, Faurisson et Dieudonné. D’attaquer au porte-monnaie ceux qui ont fait de la haine un business rentable.dieudonnefaurisson02Une diversion ? 

La campagne de Valls arrive à point nommé pour le gouvernement alors que les chiffres du chômage sont catastrophiques, que l’économie est au plus bas, que la TVA augmente, ou que Hollande vient d’annoncer vouloir faire 30 milliards de cadeaux sur les cotisations patronales aux dépends des salariés.

C'est bien leur politique qui crée un terrain favorable à tous ces démagogues.

Pour une certaine frange de la population, (surtout jeune), dépolitisée et/ou laissés pour compte, Dieudonné est plus qu’un « comique », c’est un symbole : « celui qui oserait dire tout haut ce que les médias et l’élite taisent ». 

Les sinistres pitreries de Dieudonné sont insupportables mais l’interdiction de ses spectacles n’aura comme effet que de le poser en victimes du système, de ce gouvernement de plus en plus rejeté.dieudonne et jean-marie le pen reference

Le résultat est connu d’avance : la politique du gouvernement, dans ce climat nauséeux, donnera sans doute malheureusement aux municipales une nouvelle montée du FN.

Reste enfin à détricoter, de manière lucide et dépassionnée, le discours d’un « intellectuel » qui ne dit rien d’intelligent et d’un « comique » qui ne plaisante pas.

Bref, de rappeler simplement ce qu’ils sont : une grosse arnaque.

 

Sources pour partie : Politis et NPA 


Dieudonné : une décision "lourde de conséquences", estime la LDH

La décision du Conseil d’Etat validant pour la première fois l’interdiction d’un spectacle de Dieudonné instaure un "cadre juridique lourd de conséquences pour la liberté d’expression", s’est alarmé le président de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) auprès de l’AFP.

"Le juge n’a pas fait prévaloir la liberté d’expression sur l’interdit et c’est une décision qui est lourde de périls", a commenté Pierre Tartakowsky.

"On se trompe en pensant qu’on va régler la question à partir d’interdiction strictement juridique. Le problème est d’ampleur", estime le président de la LDH qui pense qu’il "faut mobiliser la pédagogie, la répression" et engager un "travail de long terme".

Pierre Tartakowsky s’est dit par ailleurs "un peu surpris que le Conseil d’Etat puisse se réunir en moins de trois heures et prendre une décision sur quelque chose d’aussi important".

La LDH avait mis en garde lundi contre toute interdiction préalable des spectacles considérant que ces décisions risquaient d’être "contre-productives" et de générer "de la sympathie" pour Dieudonné, condamné à multiples reprises pour antisémitisme. 


Petit rappel des  lois françaises :
de 1972 , 1981 et 1990 :

 

En France, le droit pénal réprime les actes qui sont une manifestation de racisme.

La loi Française interdit la publication de propos diffamatoires ou insultants, qui inciterait à la discrimination, à la haine, ou à la violence contre une personne ou un groupe de personnes en raison de leur lieu d’origine, de leur ethnie ou absence d’ethnie, de la nationalité, de la race ou d’une religion spécifique. La loi interdit l’incitation à la discrimination, la haine, la violence contre les personnes en raison de leur sexe, orientation sexuelle, ou leur handicap. La loi interdit les déclarations qui justifient ou relativisent les crimes contre l’humanité (comme la négation de la Shoah). La loi Gayssot de 1990 réprime la négation des crimes de guerre nazis.


Articles associés :

L'idéologie de la quenelle : link

Le FN parti ouvrier ??

CQFD – Les religieux sont moins intelligents que les athées !

Télévision, l'appel aux plus bas instincts

Stratégies de manipulation des masses

Faut il sortir de l'euro ? (Jacques Sapir)

la "supériorité" de la civilisation occidentale ?

Histoire : L’armistice du 11 novembre 1918

"I have a dream" : c'était il y a 50 ans

Burqa...Lever le voile ?

PHILOSOPHIE

Nelson Mandela est mort


Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Commenter cet article