Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

BREVE MOTO de mars

Publié le par frico-racing

Eh dites oh !

Enfin le mois de mars, s’il fait encore frisquet, on tient le bon bout…En ligne de mire, le printemps et la semaine prochaine, le premier vrai roulage de l’année : Le Trophée Coluche les 9/10 mars à Carole, au  profit des « resto du cœur », ou je roulerai en side avec Thybault.

Ce sera aussi l'occasion de retrouver avec plaisir, les Amis et copains. Donc à trés très bientôt sur place et ici pour mon reportage sur cet événement, qui rappelons le, fut annulé l’an dernier pour cause de mauvais temps...Croisons les doigts !

frico


La photo hommage du mois

zavattPierre Zavattini sidecariste Suisse nous a quitté le 19 février des suites d'une cruelle maladie...Zavat' ici en course sur son 500 kawa (1970)


Actualité

La FFM lance les journées circuits interdites au plus de 16 ans !

Une grande première au circuit Carole de Tremblay-en-France (93) : les enfants de 8 à 16 ans disposent de journées portes ouvertes. La FFM (Fédération française de motocyclisme) propose 3 matinées sur le circuit francilien destinées aux jeunes et leur machine de moins de 25 chevaux.16 ans

Pour 30 euros la matinée, la FFM garantit une heure de roulage minimum. Et la fédération est enthousiaste : « Viens rouler avec ta YZF-R 125, ta NSR 50, ta NSF 100 ou encore ta Pré-GP 80… ». Une bonne occasion pour les jeunes de gouter au plaisir de la piste.

Voici les 3 dates proposées :

- Le samedi 2 mars 2013
- Le samedi 27 avril 2013
- Le samedi 29 juin 2013

La première session a lieu très bientôt. Il faut donc contacter rapidement le Circuit Carole au 01 48 63 73 54 ou par mail : info@circuit-carole.com

Fabien Navetat Motomag.com (02/2013)

Éthylotest, radars : M. Valls clarifie l’orientation du gouvernement

Le ministre de l’Intérieur confirme, dans une interview au quotidien Le Parisien le 15 février, qu’il est contre l’obligation d’avoir un éthylotest dans son véhicule et pour l’annonce des radars fixes par des panneaux indicateurs simples.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a donné des éclaircissements sur l’orientation qu’il souhaite donner à la politique de sécurité routière de la France. Dans une interview au quotidien Le Parisien le 15 février, il confirme que l’éthylotest ne sera pas obligatoire et que les radars fixes seront annoncés par des panneaux indicateurs simples.Valls Junconf presse SR 130124 c NG-2f6b9

Déclarations d’intention
Ce ne sont encore que des déclarations d’intention, qui attendent d’être suivies d’une application par un décret, voir un projet de loi. Mais les propos de Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, aux lecteurs du quotidien Le Parisien, le 15 février, ont le mérite de clarifier l’orientation que prend la politique de sécurité routière en France, après la cacophonie due à une communication approximative, ou du moins mal comprise par les médias grand public, du Conseil national de sécurité routière (CNSR) le 13 février. Conseil, que Valls avait lui-même mis en place en fin d’année dernière, dans le but de montrer que le ministre écoutait les spécialistes avant de se prononcer.

Radars fixes annoncés par des panneaux simples
Les propos de Manuel Valls indiquent qu’il souhaite que les radars fixes soient systématiquement annoncés par de simples panneaux indicateurs, comme avant 2011, et non plus par des radars pédagogiques au coût exorbitant. Il reste juste à déterminer si les radars tronçons (calculant la vitesse moyenne des véhicules) sont inclus ou non dans l’ensemble « radars fixes ».

La politique reste au radar
« En dix ans, les Français ont amélioré leur comportement sur la route », a déclaré Manuel Valls aux lecteurs du Parisien. « Il faut rendre hommage à Jacques Chirac qui, en 2002, a fait de la sécurité routière une cause nationale. Entre Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, il y a une continuité et c’est tant mieux. Mais 4.000 morts par an aujourd’hui, c’est encore trop. Je me suis donné l’objectif pour 2020 de ramener ce chiffre à 2.000. L’effort civique ne peut pas être relâché. Pour cette raison, je m’opposerai à la proposition de loi UMP de M. Chrétien qui vise à annuler les retraits de points sur les permis de conduire pour les petits excès de vitesse. Ce serait un signal de relâchement. »

Mais ces radars seront annoncés par des panneaux simples
« Mais, moi, je ne veux pas piéger les automobilistes, poursuit le ministre de l’Intérieur. Le gouvernement précédent avait choisi de remplacer les panneaux avertisseurs par des radars pédagogiques. Mais ceux-ci coûtent très cher : 6500 €. En plus, ils sont fréquemment inactifs, puisqu’ils fonctionnent au solaire. Le CNSR propose le retour des panneaux qui indiquent la présence de radars automatiques. J’approuve cette proposition qui est sage. Nous le ferons progressivement sur deux ou trois ans. »

Alcool : pas d’obligation d’avoir un éthylotest
Le ministre de l’Intérieur souhaite par ailleurs que l’éthylotest soit diffusé, mais pas obligatoire : « l’alcool est responsable de 31 % des morts sur la route. Mais personne ne peut croire qu’on peut faire reculer ce chiffre en verbalisant les conducteurs d’une amende de 11 euros pour non-possession d’un éthylotest d’autoévaluation. Il n’y a pas pour moi d’éthylotest obligatoire et encore moins de sanction ».

Plus d’éducation, moins de répression ?
La politique de sécurité routière ne devrait donc plus être axée uniquement sur la répression. « On a peut-être aujourd’hui tourné la page de la politique de punition réglementaire collective qui semblait tenir lieu d’unique feuille de route à la sécurité routière dans la décennie précédente », constate France Wolf, qui représente la FFMC au sein du CNSR. Avec soulagement, mais en attendant du concret.

Nicolas Grumel - 15/02/2013

Baisse des ventes de carburants : l’essence plus touchée que le diesel

Les industriels du pétrole sont inquiets : en France, les ventes de carburants ont chuté de 3,2 % au mois de janvier 2013 par rapport au même mois de l’année passée. Une tendance qui avait déjà été observée en janvier 2012 comparé à janvier 2011.

La baisse des ventes touche plus le carburant « ordinaire » que le diesel : ils enregistrent respectivement - 7,7 % et - 2,1 %. Des données fournies dans un communiqué de ce lundi 18 février par l’Ufip (Union française des industries pétrolières), qui verrait décidément d’un bon œil un rééquilibrage de la fiscalité sur les carburants.essence

L’Ufip n’explique pas cette baisse de la consommation de carburants, mais son président, Jean-Louis Schilansky cité par le Parisien, estime que « cette tendance pourrait se maintenir ». Une explication semble pourtant évidente : les tarifs remontent, après l’arrêt des efforts consentis par le gouvernement, sur les taxes, pour limiter la flambée des prix à la pompe. Crise économique et politique d’austérité obligent, les craintes de M Schilansky risquent donc fort de se vérifier.

Trop favorisé, le diesel ?
On notera aussi que, dans l’Hexagone, la part du gazole a atteint un nouveau record en janvier, avec 82,1 % des ventes. Le précédent record ne remonte pas si loin : décembre 2012, avec 81,6 %. Cette domination du mazout s’explique par une fiscalité plus faible que sur l’essence.

Si cette fiscalité satisfait sans aucun doute les constructeurs automobiles, ne serait-ce que les français qui produisent très majoritairement des véhicules diesel, il n’en va pas exactement de même pour les raffineurs nationaux. Ces derniers demandent en effet, depuis des années, un rééquilibrage de ladite fiscalité, car ils sont obligés d’importer du gazole et exporter des surplus massifs d’essence pour répondre à la demande, explique l’AFP.

Grégoire Acerra Motomag.com (02/2013)

Voir aussi :  Carburants, le racket se poursuit

Idées reçus

6,3 millions de personnes sont couvertes par les minima sociaux

Pour aider les plus démunis, il existe au total une dizaine de minima sociaux afin d'assurer un revenu minimal à une personne (ou à sa famille) en situation de précarité. Ce sont des prestations sociales non contributives, c'est-à-dire qu'elles sont versées sans contrepartie de cotisations, selon la définition de l'Insee, 3,6 millions de personnes en sont allocataires, 6,3 millions si l'on inclut enfants et conjoints. Soit environ 10% de la population française.

Des milliards d'euros de prestations sociales non réclamés

Chaque année, ce sont 5,3 milliards d'euros de Revenu de solidarité active (RSA), 700 millions de couverture maladie universelle complémentaire (CMU C) et 378 millions d'euros d'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS), qui, selon les estimations, ne sont pas versés à leurs ayants droit. Le non-recours aux droits sociaux est bien plus massif que son pendant, la fraude sociale, estimée à 4 milliards d'euros par an, selon le livre "L'envers de la fraude sociale", écrit par les chercheurs de l'Observatoire des non-recours aux droits et services (Odenore), rattaché au CNRS, et publié début novembre. Ainsi, 33% des personnes éligibles au RSA socle (ex-RMI) ne le touchent pas, faute d'en avoir fait la demande. Le taux de non-recours atteint 68% pour le RSA activité.

A noter que "l'assistanat" aux entreprises (exonérations de cotisations et charges sans aucune contrepartie s'élevait à 30 milliards en 2010)


Le dessin du moisoptic-2000Sans "assistanat" il n'aurait pas fait "son livre"...Ce mec est "infoutu" d'aligner trois mots correctement et il parle de "médiocrité" ! Cherchez l'erreur ?? 


Toutes mes vidéos sur youtube:

link


Publié dans FFMC défense MOTO

Partager cet article

Repost 0

<< < 10 11 12