Ils fêtent les 20 ans de l'€ ?...Pas moi !

Publié le par frico-racing

Vers les 700 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

Ils fêtent les 20 ans de l'€ ?...Pas moi !

Bien résumé par Bastien Lachaud (député FI) : "Qu'un drapeau européen remplace le drapeau français sous l'Arc De Triomphe est une faute. Le soldat inconnu n'est pas mort pour Bruxelles. Les européistes comme Macron réécrivent l'histoire et permettent aux pétainistes comme Zemmour de se faire passer pour patriotes"... On aurait en effet à cette occasion ; aimer entendre d'autres voix que celles ci !...

Au delà de la polémique du drapeau ces 20 ans de l'€ et de cette Europe du capital mettent en évidence un fait incontestable : depuis des années, nombre de lois et décisions juridiques fondamentales adoptées en France ne sont qu’une transcription des décisions juridiques de l’Union européenne (UE). Les décisions prises au niveau de l’UE ont un impact négatif majeur pour les citoyens et travailleurs de France.

L’UE dispose d’un important arsenal juridique lui permettant d’imposer ses positions :

  1. De manière juridiquement contraignante : les directives, décisions et règlements, souvent proposés par la Commission et – presque automatiquement – adoptés par le « Parlement » européen et par les ministres des États-membres ;
  2. Sans obligation légale, mais avec un fort poids politique : les « recommandations » et « avis » sont très souvent formulés par la Commission (non élue), avec incitation à appliquer par les États-membres, au nom de la « mise en conformité » avec les politiques de l’UE (dictée par les lobbys)...
  3. La jurisprudence, résultat de l’interprétation des décisions juridiques par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), qui valent décision obligatoire pour les États-membres de l’UE même si ces derniers s’y opposent.
  4. Enfin, les traités en tant que tels, qui doivent être exécutés et qui consacrent la « totale liberté de circulation » des marchandises, services, capitaux et main d’œuvre, et le principe d’une « économie de marché ouverte où la concurrence est libre et non faussée »...Ce qui a pour conséquences, la désindustrialisation, les délocalisations : la fin du produire Français !... Par exemple la part de l'industrie dans le PIB en France n'est plus que de 17% contre 27% en Allemagne ! (données 2020)

Démantèlement des services publics :

Les conséquences sont désastreuses pour les travailleurs, et avant tout pour les ouvriers, les petits agriculteurs, les employés du secteur public et les travailleurs précaires : ainsi triomphe le capitalisme sauvage, avec la disparition des protections (casse du code du travail) et l’« ouverture à la concurrence » des services publics appelés « services d’intérêt général » (donc gérables par des entreprises privées)...

L'Euro : un effet inflationniste "sous-estimé à l'époque"...

"Oui, l'euro a fait grimper certains prix et je pense qu'à l'époque, l'effet inflationniste a été sous-estimé, y compris par l'Insee", affirme le vice-président du Cercle des économistes...

Et dans le même temps les salaires (hormis le Smic) et retraites sont quasi bloquées.

En 2009, 2011, 2012, 2014, 2015 je publiai un certain nombre d'articles sur l'UE et l'€ (voir annexes), à l'aube des 20 ans de l'€ ; je n'ai pas changé d'avis et dénonce toujours L'UE et l'€ : véritable hold-up voulu par la finance...

Au nom de la lutte contre le "déficit" (la dette) et inscrit dans les constitutions des États (règle d'or) et "gravé" dans le traité de Maastricht, l'objectif de l’Europe du fric est de comprimer au maximum les salaires, de favoriser la précarité et la flexibilité, d'allonger l'âge de la retraite partout et de rendre l'austérité permanente...

En résumé, les salaires, les pensions et prestations sociales, les dépenses publiques deviennent les seules variable d'ajustement de l'économie européenne !
Parce que les monnaies ne "peuvent pas" être dévaluées, toute la pression retombe sur les salaires, les pensions et les avantages et services sociaux, qui sont remis en cause.

Chaque année, les États doivent rendre des comptes à la Commission européenne (non élue) chargée de superviser l'application du "pacte de stabilité".

Il s'agit en fait de faire payer par les peuples la crise et le redéploiement du système capitaliste mondialisé.

C'est pourquoi à défaut de changer cette Europe il faut en sortir !

frico

 

Publié dans Politique et Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Merci pour cette synthese. Ce fonctionnement europeen ( parlement européen uniquement consultatif) nous a été imposé, contre notre volonté. Rappellons aussi que les 3 seuls pays consultés au suffrage universel en 2015, France Pays bas et Irlande, avaient dit "non" au traité !
Nous nous étions aperçus à ce moment là de l'intention de la directive "Bolkenstein" qui permettait la mise en concurrence de la main d'oeuvre et des salaires indirects sante-retraite ( devenue aujourd'hui directive "travailleurs détachés").
Et l'asphyxie de la Grece, pour casser son elan démocratique, il y a 10 ans : application de taux d intérêt rédhibitoires par les banques sous "l'expertise" des agences de notations et l'acharnement de Walter Schauble et de "l'enemi de la finance"...
Répondre
D
Et oui dommage !
Répondre