Trop d'assistés en France ?

Publié le par frico-racing

Vers les 700 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

Trop d'assistés en France ?

La France est un pays "d’assistés", c’est une bonne chose... Les plus riches profitent aussi largement de notre modèle social (sécu etc...). La leçon d’assistanat qu’ils donnent aux plus modestes est moralement inacceptable et politiquement dangereuse...

Chaque jour, au travail, au troquet ou chez le coiffeur, on entend de bonnes gens déclarer en toute bonne fois : « assez d’assistanat, il y a trop de social en France ! » (sic), et souvent, les propos anti-chômeurs, anti-immigrés, voire anti-fonctionnaires, ne tardent pas à suivre.

Comme si le souci majeur de notre pays était que les chômeurs de longue durée, que la situation de l’emploi prive objectivement de perspectives (6 millions de chômeurs totaux ou partiels !...10 millions de pauvres, 200000 SDF !) puissent toucher quelque temps leurs maigres indemnités et « profiter » ensuite d’un RSA qui permet juste de survivre sans s’offrir le moindre plaisir ! Parmi ceux qui accablent les chômeurs, qui peut d’ailleurs être sûr que la perte d’emploi, l’absence de ressources et le surendettement ne frapperont pas un jour leur fils, leur sœur ou… Leur chère petite personne ?

En réalité, derrière ces propos mesquins véhiculés qui conduisent de braves gens à cultiver l’envie et la haine (jalouser des Rmistes !), il y a la campagne de division menée par les droites et les merdias Mainstream. Pour disculper les milliardaires du CAC 40 de leurs énormes responsabilités dans la casse de nos usines, pour protéger le capitalisme, incapable de concrétiser le « droit au travail » inscrit dans la constitution, Les droites des LR, RN à LREM préfère stigmatiser les « petits » et les sans-grade... Il est plus simple en effet de stigmatiser le chômeur, surtout s’il est basané ou si elle est mère célibataire, que d’accuser ces manitous du capital qui augmentent la valeur de leurs actions chaque fois qu’ils délocalisent une production vers un pays de misère ! voir annexes (En dix ans, la fortune des milliardaires français a augmenté de 439 %).

En fait les riches coûtent à la nation un pognon de dingue de plus de 300 milliards par an, alors que l’ensemble des aides sociales est chiffré à 70 milliards. Les choix politiques de ces 40 dernières années sont à l’origine de cela. Il est temps de changer de cap.

Le tableau ci-dessous est édifiant pour exposer les écarts de rémunération des 51 millions d’adultes que compte le pays.

TableauPikett

Avec de nombreuses suppressions d’emplois au ministère des finances, les fraudeurs se libèrent.

Un rapport parlementaire de 2010 estimait que les « niches » accordées depuis 2000 représentaient un total de 100 à 120 milliards d’euros de pertes de recettes fiscales à la fin de cette décennie.

« Le premier des principaux postes de « coûts de l’assistance aux riches » est constitué des niches fiscales et des « niches sociales » (réductions ou exonérations de cotisations sociales). Certaines répondent à des objectifs d’intérêt général, comme les réductions d’impôt pour les dons aux associations ou pour des travaux d’isolation. D’autres bénéficient avant tout aux personnes plus riches et ne peuvent pas être considérées comme justes. D’autres vont aux entreprises, comme des crédits d’impôt ou des exonérations de cotisations sociales (salaire indirect). Ces dernières sont le plus souvent défendues au nom de l’intérêt général (l’investissement, l’emploi, etc.) mais quand elles remplissent mal, ou pas du tout, ces missions, (comme le CICE ou la suppression de l'ISF) elles ne font que grossir les bénéfices non réinvestis et les dividendes et, in fine, c’est principalement dans la poche des riches qu’on les retrouve. »

Si on estime, en étant « modestes », que la moitié des quelque 200 milliards de niches fiscales et sociales relève de l’intérêt général, le reste est du cadeau sans contrepartie. On peut très bien évaluer l’impact de ces mesures en constatant, comme le Figaro, que la France est devenue championne du monde de la distribution de dividendes.

Donc il s’agit bien de résultats d’une politique orientée quasi exclusivement pour le bonheur des riches...

Donc oui, il faut renverser la table et changer de cap.

Sources et articles associés :

  1. Coût du travail, l'arnaque dévoilée
  2. Retraite : la bourse ou la vie ?
  3. Retraite : une réforme juste et équitable ?
  4. La crise...Quelle crise ?
  5. Compétitivité et cout du travail
  6. LA FABLE DU TRAVAIL CHER
  7. RETRAITES : Un rapport dicté par le MEDEF
  8. L'EURO ? L'ARNAQUE !
  9. L'EURO a dix ans
  10. La machine à abrutir ne connaît pas la crise
  11. Le pacte de stabilité, c'est l'austérité à perpet'
  12. Fraude fiscale pour les uns et austérité pour les autres
  13. 1226 milliardaires
  14. La lutte des classes ? Une réalité objective !
  15. L'affaire Depardieu, l'arbre qui cache la forêt
  16. LA FINANCE POURRIT L'ECONOMIE REELLE
  17. "Salaires, Prix , Profits*"..
  18. Un "travail digne et rémunérateur"
  19. L’espérance de vie en baisse !
  20. « La pauvreté n'est pas naturelle »…
  21. "La règle d'or" c'est l'austérité sans fin !
  22. Les 500 plus riches familles...et les autres
  23. La guerre des classes est déclarée
  24. Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"

Publié dans Politique et Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

HANQUET DANIEL 06/05/2021 17:59

Bonjour
En lisant le titre, je n'avais pas envie d'ouvrir ????
Mais...lecture et analyse intéressante. Merci.
La pauvreté joue un bien grand rôle pour la société: faire peur, stigmatiser, fonction repoussoir, provoquer la honte, empêcher de penser et de voir les causes réelles. Or, si tout le monde a des moyens de vivre ça contribue à la prospérité de tous...Mais cela semble trop compliqué à appréhender par les dirigeants, les possédants.

Bernie HUET 18/04/2021 10:34

merci pour cet article si parlant et malheureusement si réel

Daniel JULLIOT 18/04/2021 08:56

Triste réalité !