De Pompidou à Macron, l'invention de la dette !

Publié le par frico-racing

Vers les 500 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

De Pompidou à Macron, l'invention de la dette !

De Pompidou à Macron, le système Rothschild tire toujours profit de la dette publique…

Depuis la loi de 1973, dite « loi Rothschild », du nom de la banque dont était issu l’ancien président de la République, Georges Pompidou, l’État est obligé de passer par le système des banques privées pour financer son endettement.

Aujourd’hui, Emmanuel Macron, issu lui aussi de la banque Rothschild, ne compte pas bien sûr remettre en cause cette loi, préférant faire des coupes sombres dans les budgets sociaux pour réduire le déficit de l’Etat…
Depuis 1973, le Trésor public ne peut plus présenter ses propres effets à l’escompte de la Banque de France. En clair, l’État est condamné à se financer par des emprunts, contre intérêts, auprès de banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la Banque de France.
Comment en est-on arrivé là ? En 1973, après de 30 années de création monétaire, l’économie française était remise à flot. Dans l’esprit de l’ancien président de la République, Georges Pompidou, et des hauts fonctionnaires qui l’entouraient à l’époque, la France était désormais reconstruite suite aux destructions de la deuxième guerre mondiale.
Il semblait donc plus aussi nécessaire de laisser persister des mécanismes qui s’étaient avérés bénéfiques pour le financement de dépenses d’investissements structurels, d’autant plus que ces mécanismes de création monétaire avaient été souvent utilisés pour financer le fonctionnement courant de l’Etat.
Il s’agissait avant tout d’instituer un garde-fou afin de préserver le pays de l’inflation et des dévaluations de la monnaie en s’imposant une discipline budgétaire. Il apparut souhaitable à la fois d’encadrer les dérives potentielles de l’Etat et de sortir d’une ère d’économie administrée en établissant un autre système de financement.
Mais le problème, c’est que ces bonnes intentions finirent par faire le jeu du monde de la finance qui a vite vu l’intérêt qu’il pouvait retirer d’un système par lequel l’État devait obligatoirement passer pour emprunter. De ce point de vue, la loi de 1973 fut également le fruit d’un habile lobbying bancaire visant à neutraliser tous ceux qui étaient favorables au système en vigueur jusqu’ici.
Cette loi a été abrogée en 1994 mais après avoir été étendue et confortée au niveau de l’Union européenne par les traités de Maastricht (à compter du 1er novembre 1993, article 104) et Lisbonne (à compter du 1er décembre 2009, article 123) que la France appliquer à la lettre depuis cette date.

Les critiques de la loi de 1973
Contrairement à ce qu’escomptaient les initiateurs de la loi de 1973, l’endettement public non seulement s’est poursuivi mais a augmenté considérablement, l’État étant progressivement devenu l’otage d’un système financier privé.
On le voit aujourd’hui en France mais aussi en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie, ce ne sont plus les états qui gouvernent mais la « troïka » (Union européenne, Fond monétaire international et Banque centrale européenne) qui resserre toujours davantage son emprise financière sur les pays, notamment du Sud de l’Europe.
La critique de cette loi a notamment été porté par Étienne Chouard qui a préfacé le livre de l’essayiste altermondialiste André-Jacques Holbecq « La dette publique, une affaire rentable », publié en 2008.
Le webdocumentaire « L’Argent Dette » (documentaire sur la création monétaire, 2008) de de Paul Grignon, fustige le fait que les États empruntent de l’argent et payent des intérêts, alors qu’ils pourraient créer l’argent. Diffusé en streaming sur le web et en DVD, il nous montre à l’aide d’animations et d’explications claires la façon dont est créé l’argent. Et contrairement à ce que l’on peut croire, la monnaie créée par l’État ne représente que 5% de l’argent en circulation contre 95% créée par quelqu’un signant une reconnaissance de dette à une banque.
Gabriel Galand et Alain Grandjean, membres de l’association « Chômage et Monnaie », créée en 1992, ont dénoncé eux aussi cette loi dans un livre de 1996, » La monnaie dévoilée « , aux Editions L’Harmattan.
Dans le documentaire franco-allemand d’Arte, « La dette, une spirale infernale ? », le pouvoir des banques de créer de l’argent à partir de rien, contre une promesse de remboursement y est critiqué également par le regretté Bernard Maris qui expliquait notamment : « L’argent, qui était devenu un bien public – c’est-à-dire que l’État gérait la création monétaire – est redevenu un bien privé, créé par les banques, de grandes puissances autonomes, dans les années 1970, et après ça n’a fait que s’amplifier ».
C’était aussi l’avis de Michel Rocard qui estimait que cette loi a « interdit à l’État de se financer sans intérêt auprès de la banque de France » et l’a obligé à « aller se financer sur le marché financier privé à 4 ou 5 % ».

Des chiffres méprisés par Emmanuel Macron.
Si les taux d’intérêt ont fortement diminué ces dernières années, s’établissant à moins de 1% en moyenne ou même négatifs à certaines périodes de l’année depuis 2012, ils ont été très élevés par le passé.
Dans les années 80, le taux d’intérêt moyen à 10 ans était de 11,9%, dans les années 90 de 6,3%, dans les années 2000 de 3,9%. En 2011, les taux d’intérêt à dix ans notamment sur les emprunts d’Etat de la Grèce ont atteint des niveaux record, jusqu’à 17,68 % ! La tension sur la Grèce a poussé à la hausse les taux des autres pays fragiles de la zone euro : les rendements à dix ans de l’Irlande ont atteint jusqu’à 11,31 % et ceux du Portugal 10,46 %.
En 1978, la dette publique de la France représentait 72,8 milliards € et 21,2% du PIB.
En 1988 : 302,8 milliards € et 33,3% du PIB.
En 1998 : 787,4 milliards € et 59,6% du PIB.
En 2005 : 1147,6 milliards € et 66,8% du PIB. La charge de la dette (paiement des intérêts seuls) se montait à 47,4 milliards d’euros, soit la presque totalité de l’impôt sur le revenu payé par les Français. Cette charge était le deuxième poste budgétaire de l’État français, après celui de l’Éducation nationale et avant celui de la Défense.
En 2007 : 1211,6 milliards € et 64,2 % du PIB. La charge des intérêts se montait à plus de 50 milliards d’euros, soit l’équivalent du déficit public.
Fin 2013 : 1 925,3 milliards d’euros, soit 93,5 % du PIB.
A la fin du 1er semestre 2014, la dette a dépassé officiellement les 2 000 milliards €.
Fin 2015, lorsque Emmanuel Macron était encore ministre de l’Economie, de l’industrie et du Numérique, la dette est montée à 2 098 milliards € !
Fin juillet 2017, la dette s’élevait à 2 226 milliards € (soir 35 441 € par habitant et 70 882 € par ménage)
Un calcul précis révèle en outre que de 1980 à 2008, la dette a augmenté de 1 088 milliards €, les intérêts payés se montant à 1306 milliards d’euros ! Sans les intérêts encaissés par les financiers privés, la dette publique française se serait élevée, fin 2008, à 21,4 milliards d’euros au lieu de 1 327 milliards € !
Une situation dramatique qui s’est encore aggravée depuis la crise de 2008 où, en volant au secours des institutions financières, l’État est également devenu le fournisseur en premier ressort de ces mêmes institutions qui lui reprochent son endettement et lui appliquent en conséquence des taux usuraires.
Aujourd’hui, Emmanuel Macron occulte systématiquement le problème du financement de la dette publique par des organismes bancaires privés à l’image des « éminents journalistes » que sont les Apathie, Barbier, Calvi, Demorand, Joffrin, Lechypre, Lenglet, Pernaut, Pujadas qui préfèrent parler de « l’insupportable fardeau de la dette », « la France en faillite », « les nécessaires sacrifices à faire », « la nécessité de ne pas vivre au-dessus de nos moyens » etc.
C’est ainsi que s’imposent dans l’opinion françaises et européenne des vérités apparentes qui confortent l’inéluctabilité de l’austérité et la remise en cause le système des créanciers privés pour financer l’endettement des états…
 

Articles associés :

  1. L'illusion de la Démocratie...
  2. La guerre des classes est déclarée
  3. LES « CHARGES SOCIALES », CA N’EXISTE PAS !
  4. CHÔMAGE ET ÉCONOMIE : DROIT DANS LE MUR !
  5. Quand les Américains voulaient gouverner la France
  6. Abstention, piége à cons !
  7. De la "bonne" utilisation des crises et catastrophes
  8. Réchauffement climatique : la manipulation ?
  9. "La Grèce a servi de cobaye à la théorie du choc"
  10. Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"
  11. Pourquoi ?
  12. Gouverner, c’est prévoir ?
  13. LOPPSI 2..."La France a peur" tous les soirs à 20h !
  14. Venezuela, Pujadas et les autres dégoutés !
  15. Terrorisme, peurs, propagande et désinformation
  16. Les nouveaux chiens de garde : suite
  17. La machine à abrutir ne connaît pas la crise
  18. Télévision, l'appel aux plus bas instincts
  19. Stratégies de manipulation des masses
  20. Après l’assassinat d’Hervé Gourdel
  21. 100 ans de trahisons socialistes (des origines
  22. Rompre définitivement avec le PS
  23. « Classe politique » ou « Politique de classe » ?
  24. Le top 6 des pays riches grâce à l’esclavage
  25. 1947 à Madagascar, l'histoire oubliée
  26. COUP DE GUEULE : l'OTAN c'est la guerre
  27. Vers un TOTALITARISME rampant ?
  28. Paris 13 novembre 2015 - frico-racing-passion
  29. La peur gouverne ! - frico-racing-passion mot
  30. Etat d'urgence et libertés...
  31. NON à l'Union Sacrée ! - frico-racing-passion m
  32. La NOVLANGUE...LORSQUE LES MOTS PERDE
  33. Sécurité routiere et guerre psychologique - fric
  34. INSECURITE : Les RAISONS de la VIOLENCE ?
  35. Horreur à CHarlie HEBDO - frico-racing-passi
  36. CHARLIE : Non à la récupération !
  37. « EuroGendFor » : l’armée privée de l’UE, contre les peuples !
  38. TUEUR au T-MAX : Poser les bonnes questions !
  39. Ils préparent la guerre...et les esprits
  40. CETTE PSEUDO DÉMOCRATIE ... qui peut nous
  41. Les dessous de la guerre au MALI
  42. La France de Hollande, caniche d’Obama...
  43. Syrie : La guerre seule solution ?
  44. Quand les Américains voulaient gouverner la France
  45. Connaissez vous le TISA ?
  46. Le Grand Traité Transatlantique (TAFTA) expliqué aux nuls
  47. Histoire: Mon Mai 68 ou...
  48. Ukraine : Déclaration du Comité Valmy
  49. Que c'est il passé LE 6 JUILLET 1880 ?
  50. Vietnam. Le pays célèbre les 60 ans de la victoire de Diên Biên Phu
  51. Chavez est mort
  52. Anniversaire : "La chute du mur"
  53. Humeur : Pas touche au CHE !
  54. Henri Alleg est mort
  55. 11 Septembre...1973
  56. Retour sur "le choc pétrolier" de1973
  57. Nucléaire et désarmement
  58. Il y a 40 ans : La «révolution des œillets »
  59. "La Grèce a servi de cobaye à la théorie du choc"
  60. Stratégies de manipulation des masses
  61. L'EURO ? L'ARNAQUE !
  62. L'EURO a dix ans
  63. La machine à abrutir ne connaît pas la crise
  64. La lutte des classes ? Une réalité objective !
  65. La guerre des classes est déclarée
  66. Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"
  67. la "supériorité" de la civilisation occidentale ?
  68. USA Exécution de Troy Davis
  69. Le FN parti ouvrier ??
  70. FASCISME ET CAPITALISME - frico-racing-pa
  71. 1er janvier 1959 : Viva CUBA - frico-racing-pas
  72. Etat d'urgence et libertés... - frico-racing-passi
  73. VOYAGE à CUBA
  74. Meurtre fasciste à Paris
  75. Terrorisme, peurs, propagande et désinformation
  76. La guerre des classes est déclarée
  77. Histoire : Les origines du 8 mars
  78. Histoire du 1er mai
  79. Les 70 ans de l'affiche rouge
  80. Nelson Mandela est mort
  81. HISTOIRE : 17 octobre 1961, un crime d'état occulté
  82. PHILOSOPHIE - frico-racing-passion moto"
  83. Traité d'athéologie" Michel Onfray - frico-raci
  84. Le 21 février 1965, Malcolm X était assassiné -
  85. 1er janvier 1959 : Viva CUBA - frico-racing-passion moto
  86. Etat d'urgence et libertés... - frico-racing-passion moto
  87. FASCISME ET CAPITALISME - frico-racing-passion moto
  88. 6 évrier 1934
  89. Histoire : 50 ème anniversaire de Charonne
  90. Stéphane Hessel reste vivant
  91. Il y a vingt ans, Nelson Mandela était libéré.
  92. J F.Kennedy : le 22 novembre 1963
  93. "I have a dream" : c'était il y a 50 ans
  94. Vote utile ou vote futile ?
  95. Il y a 110 ans, disparition de Louise Michel
  96. Je ne m'occupe pas de politique
  97. 18 septembre 1981 : La France abolit la peine de mort
  98. Histoire : L’armistice du 11 novembre 1918
  99. 27 février 1933 : Incendie du Reeichstag
  100. Ils ont tué Jaurès, le centenai
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julie 22/02/2019 18:15

Je suis bien d'accord sur le fond du problème ! J'ai lancé une pétition sur Change exigeant que le peuple reprenne le contrôle de la création monétaire -> https://www.change.org/p/un-ric-pour-une-banque-nationale-et-se-libérer-de-la-dette