Il y a un an Ángel Nieto, nous quittait

Publié le par frico-racing

Vers les 400 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

Il y a un an Ángel Nieto, nous quittait

Ángel Nieto, une légende de la moto

Angel Nieto est décédé à l'âge de 70 ans le jeudi 3 août 2017, des suites d'un accident de la circulation.

Le champion Espagnol avait été victime d'un grave accident de la circulation à Ibiza, alors qu'il roulait en quad.

Au départ de son premier Grand Prix en 1964, le natif de Zamora avait essentiellement fait carrière sur de "petites" cylindrées (le terme n'a rien de péjoratif). De Derbi à Yamaha en passant par Bultaco, Minarelli & cie, Nieto s'est notamment illustré en remportant 13 titres de champion du monde. Superstitieux, il a toujours préféré dire qu'il totalisait 12+1 couronnes.

115 victoires et 13 titres. Car Angel Nieto, dont la carrière s'est étalé sur plus de deux décennies, était une figure incontournable du paddock, sacré six fois en 50 cm³ et sept en 125 cm³...Avec 90 victoires au compteur, il est également l'un des plus grands vainqueurs de tous les temps – Giacomo Agostini et Valentino Rossi sont les seuls à avoir fait mieux.

22 ans de carrière. Né le 25 janvier 1947 à Zamora, dans l'ouest de l'Espagne, mais élevé dans le quartier ouvrier de Vallecas à Madrid, dans une famille très modeste, Angel Nieto Roldan gagne Barcelone à seulement 14 ans pour tenter sa chance auprès des constructeurs et écuries. Il court son premier Grand prix à 17 ans, en 1964, et raccroche à 39 ans. De ses 90 victoires en Grand prix, il disait en avoir gagné plus de la moitié au dernier tour de piste.

Lui qui s'était brisé 17 os tout au long de sa carrière tenait en horreur, par superstition, le chiffre 13, qu'il se refusait même à prononcer, à cause d'un accident "un dimanche avec un 1 et un 3". Pionnier, il avait transmis le virus à deux de ses fils, Angel Jr. et Pablo, et à son neveu Fonsi, qui ont tous trois écumé les compétitions pendant plusieurs années sans atteindre son succès.

Passionné jusqu'au bout. Commentateur des courses à la télé espagnole, il a contribué à éveiller les vocations de nombreux jeunes qui continuent, plusieurs décennies après lui, à briller sur les pistes. Lui-même n'était jamais avare de compliments pour ses glorieux successeurs, Marc Marquez, Dani Pedrosa, Jorge Lorenzo. Fin 2014, il avait ouvert un centre d'inspection technique de véhicules tapissé de photos de pilotes dans le quartier madrilène de Vallecas, où il avait lui-même, dès 12 ans, travaillé dans un atelier de réparation de motos.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article