1968 : 50 ans déja

Publié le par frico-racing

Vers les 400 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite

1968 : 50 ans déja

Les principaux acquis, les impacts de mai 68

Constat de Grenelle.

 - Augmentation du Smig de 35% et de 56% pour les salariés agricoles.
 - Augmentation générale des salaire de 10% en moyenne.
 - Reconnaissance légale de la section syndicale d’entreprise et de l’exercice du droit syndical dans l’entreprise.
 - Proposition d’aller par étapes aux 40 heures et engagement d’une réduction de deux heures de la durée hebdomadaire pour les horaires hebdomadaires supérieurs à 48 heures.
 - Révision des conventions collectives sur la base du constat, réduction et intégration des primes dans le salaire.
 - Sécurité sociale (branche maladie) : réduction du ticket modérateur applicable aux visites et consultations (de 30% à 25%s du constat de Grenelle).
 - Avance de 50% du salaire perdu pendant la grève, théoriquement récupérable jusqu’au 31 décembre 1968 Les négociations par branches et entreprises vont amplifier, parfois de manière considérable, les acquis du constat de Grenelle.
Quelques exemples :
La reconnaissance du droit syndical dans l’entreprise s’accompagne dans nombre de secteurs de mesures protectrices et/ou d’heures de délégation. Ainsi : à Citroën, crédit mensuel de 120 heures pour les délégués syndicaux ; bénéfice du plein traitement pour les congés d’éducation syndicale, à la SNCF, dans la Fonction publique ou les industries du Verre ; mise en place pour les Mineurs de comités de bassin inspirés des comités d’entreprise.
En matière de salaires, des augmentations substantielles de salaires s’ajoutent aux acquis du constat de Grenelle ainsi que la suppression des abattements de zone. Par exemple, augmentation du salaire garanti de + 18 % dans l’habillement, de +12% à +46% dans le Bâtiment selon les départements, de +28% dans la Chimie.
En matière de durée du travail, nombreux sont les secteurs d’activité qui obtiennent des réductions et des congés supplémentaires : passage de 48h à 45 heures dans l’Agriculture, de 48h à 42 dans le Papier-carton, de 46h à 44h30 chez les cheminots, de 45h à 42h dans la Santé publique, de 48h à 40h, selon un calendrier précis, dans le Verre.

Les impacts de mai 68
Les organisations syndicales se renforcent : environ quatre cent mille nouvelles adhésions à la CGT.
Il y a des acquis moins directement palpables qui vont s’ancrer durablement dans le salariat, comme la dignité retrouvée, la confiance dans l’efficacité de l’action collective et solidaire.
La nécessité et la perspective d’une union de la gauche sur la base d’un "programme commun" de gouvernement prennent corps.
Dans la société, le mouvement de transformation des mœurs s’amplifie, la condition féminine va connaître des évolutions majeures...

Ce bouillonnement politique et social qui a secoué la société (partout dans le monde) fut le point de départ de la contre attaque du capital...Montrant ainsi que rien n'est définitivement acquis, car le capitalisme ne renonce jamais lui !...Qu'en est il 50 ans après ?

Il ne faut pas oublier que beaucoup des « acquis » de Mai 68 ont été rapidement (et depuis) liquidés, notamment par le mécanisme de l’inflation, qui a été volontairement stimulée par la classe dirigeante, rongeant ainsi les augmentations de salaires et les retraites. De "clubs de réflexion" en sommets, le capitalisme s'est ressaisi, cinq ans plus tard, avec la mondialisation naissante et "la crise", la récession frappait de plein fouet les peuples. Le chômage de masse institutionnalisé faisait son apparition, pour longtemps !... Avec l'invention de la "crise du pétrole" et de la "dette" (voir annexes), une nouvelle étape est franchie avec à la loi Giscard-Pompidou-Rothchild du 3 janvier 1973, l'Etat s'est auto-interdit d'emprunter à sa banque centrale (banque de France) à taux 0. Cette interdiction a été renforcé au niveau européen avec le traité de Maastrich (1992) et est maintenant dans le traité de Lisbonne (article 123), pour tous les pays de l'Union...Le capital n'étant jamais rassasié, l'austérité est ainsi imposée et "gravée dans le marbre" et faite pour durée à perpette...Tout ce qui peut rapporter du cash sera privatisé, les service publics abandonnés, les population paupérisées (smicardisation)...la Grèce a été à cet égard le "laboratoire" de tout ce qui est ou sera imposé aux peuples d'Europe. (voir annexes)

Si l'effondrement des pays de l'est a été un "accélérateur"’ de la mondialisation ultralibérale, l'histoire n’est cependant pas terminée. 68 est toujours vivant, dans l’esprit des travailleurs français et du monde. Tôt ou tard, il y aura d’autres Mai 68. Le capitalisme mondialisé constitue un obstacle absolu au progrès social et humain. Le but des différents gouvernements européens sous la tutelle de Bruxelles est de satisfaire la Mafia financière qui pille la planète...De plus en plus de gens parviennent à la conclusion que ce système malade (véritable cancer), criminel et dégénéré, doit être balayé pour laisser place à une organisation rationnelle et harmonieuse des rapports économiques et sociaux.

Aujourd’hui comme hier, le socialisme (le vrai) est la seule alternative. En cet anniversaire de Mai 68, les mouvements sociaux en cours - hôpitaux, Ephads, cheminots, poste, Carrefour, éboueurs, étudiants, etc sont de bon augure et montrent le chemin a suivre...

Zapper cet anniversaire sans vous livrer mon vécu de l'époque (j’avais 15 ans) et mes états d'âme "partisans" (j'aime bien le mot) et qui n'ont que peu varié depuis, m'était impossible... Que voulez vous, on a beau être motard, "on en est pas moins Homme et Citoyen". Ci dessous, mon article : "Mon mai 68"...

frico

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article