1848 est une révolution du peuple

Publié le par frico-racing

Vers les 400 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

Incendie du château d’eau, place du Palais-Royal, le 24 février 1848, d’Eugène Hagnauer. Bridgeman Images/Rue des Archives

Incendie du château d’eau, place du Palais-Royal, le 24 février 1848, d’Eugène Hagnauer. Bridgeman Images/Rue des Archives

Par François Perche Écrivain

La grande trahison du peuple par la bourgeoisie. Voilà comment on peut qualifier la révolution de 1848. Elle n’a jamais fait l’objet d’une quelconque commémoration. Comme on veut oublier le bain de sang dans lequel on l’a noyée.

En 1845 et 1846, les classes pauvres souffrent durement d’une disette due à de mauvaises récoltes. Les paysans se révoltent contre les « accapareurs de grains ». Les ouvriers multiplient des « sociétés de résistance ». Le chômage s’accroît, dû à la fermeture de petites et moyennes entreprises, conséquence d’une crise industrielle. Peu à peu, on assiste à une prise de conscience révolutionnaire, chez les commerçants, puis chez les ouvriers.

On parle d’une réforme électorale. On pressent qu’elle va s’imposer par la violence. Pendant six mois, ses partisans, dont les républicains qui demandent le suffrage universel, organisent en France des banquets de mille convives environ où l’on signe une pétition en sa faveur.

Louis-Philippe interdit le banquet du 22 février 1848 à Paris.

Une immense manifestation secoue la ville. Puis se transforme en une véritable émeute.

Le peuple est là. Des fabricants, des boutiquiers, des bourgeois, des ouvriers, des étudiants, des chômeurs, des miséreux, des traîne-savates, des riens du tout. La haine contre Guizot, chef du gouvernement, est là, elle aussi. Guizot démissionne le 23. À cette nouvelle, le peuple de Paris réclame l’illumination des rues. Des barricades apparaissent un peu partout. Bientôt, la fusillade se fait entendre : deux compagnies de ligne tirent sans sommation, à bout portant, sur un groupe d’ouvriers chantant la Marseillaise.

Cinquante-deux morts. On a parlé « d’épouvante muette ». Cinq cadavres sont hissés sur un chariot. Le peuple traîne ses morts toute la nuit. Ce que l’on a appelé « la promenade des cadavres » est un appel aux armes. Thiers succède à Guizot. La foule marche vers les Tuileries. Les Tuileries sont mises à sac. Le roi s’enfuit en Angleterre.

Le peuple, le 25 février, est maître de la rue. Pas un soldat, pas un gendarme, pas un garde national n’est visible. C’est la fête. On danse. C’est l’euphorie. La IIe République est proclamée.

Le peuple a gagné, oui, mais pas pour longtemps. Comme toujours, les bourgeois allaient lui ravir sa victoire. Se profile lentement, fortement, ce que l’on peut appeler une contre-révolution. Comme toujours, tout se passe chez les banquiers. La finance impose son ordre. Rien de nouveau. L’aristocratie financière s’associe à la bourgeoisie industrielle et commerçante. Puis la banque va dominer, élargir son pouvoir, et absorbera peu à peu le monde de l’industrie et du commerce. Le peuple, qui vient de prendre lui aussi conscience qu’il existe, qui a beau crier « La liberté ou la mort ! », est sur le point de se faire « griller » par le gouvernement provisoire (adoubé par le banquier Goudchaux). Dans celui-ci se trouvent des hommes tous bien ancrés à droite, comme Lamartine, Ledru-Rollin, Arago, Dupont de l’Eure, qui vont éliminer l’opposition socialiste. Le 15 mai Blanqui, Barbès, Raspail, Leroux, notamment, sont arrêtés.

On fusille partout sans sommation. On va jusqu’au bout de l’horreur

Le 24 juin, l’Assemblée constituante, expurgée des républicains, transmet ses pouvoirs au ministre de la Guerre, le général Cavaignac. L’Assemblée proclame la dictature militaire et l’état de siège. Le 26 juin 1848, à midi, commence alors une répression méthodique. Pour dire les choses simplement : douze mille prisonniers, trois mille morts, quatre mille personnes déportées aux colonies sans jugement. Pour s’en tenir aux chiffres officiels. On en avance d’autres beaucoup plus importants.

On fusille partout sans sommation. On va jusqu’au bout de l’horreur. Les survivants de cette tuerie sont enfermés dans les souterrains des Tuileries, dans les caves de l’École militaire, et dans celles de l’Hôtel de Ville. Les prisonniers croupissent, entassés les uns sur les autres, affamés, étouffés, dans la boue et les ordures. Çà et là les gardes tirent sur eux par les lucarnes, pour rire un peu.

Voilà comment finit la révolution de 1848.

En février, on a vu ensemble les ouvriers, les étudiants, les boutiquiers, les commerçants, la petite bourgeoisie. Mais après l’horreur des journées de juin, le peuple a compris qu’il avait été berné. Que la révolution lui a été confisquée au profit de ces gens-là, les nantis, les boutiquiers, la petite bourgeoisie. Les étudiants également l’ont abandonné.

Le peuple, saigné, ne se mêlera plus de rien. Il ne croit plus que les prolétaires soient liés à la République. Il ne bougera plus. Il a décidé qu’il ne serait plus que le seul acteur de la révolution, et « qu’il ne la jouera qu’à son heure ». Et ce sera, bien plus tard, la Commune. 

Article associés :

  1. Après l’assassinat d’Hervé Gourdel
  2. CETTE PSEUDO DÉMOCRATIE ... qui peut nous conduire au fascisme - frico-racing-passion moto
  3. Guerres, attentats, religions et géopolitique
  4. Les théories du complot - frico-racing-passion moto
  5. Les théories du complot - frico-racing-passion moto
  6. QUI POSSÈDE ET CONTRÔLE L'INFORMATION ? - frico-racing-passion moto
  7. Modernes et Archaïques - frico-racing-passion moto
  8. Police républicaine ou police du 1% d'en haut ? - frico-racing-passion moto
  9. COUP DE GUEULE : l'OTAN c'est la guerre
  10. Vers un TOTALITARISME rampant ?
  11. Attentats de Bruxelles - frico-racing-passion moto
  12. Paris 13 novembre 2015 - frico-racing-passion
  13. La peur gouverne ! - frico-racing-passion mot
  14. Etat d'urgence et libertés...
  15. NON à l'Union Sacrée ! - frico-racing-passion m
  16. La NOVLANGUE...LORSQUE LES MOTS PERDE
  17. Sécurité routiere et guerre psychologique - fric
  18. INSECURITE : Les RAISONS de la VIOLENCE ?
  19. Horreur à CHarlie HEBDO - frico-racing-passi
  20. CHARLIE : Non à la récupération !
  21. « EuroGendFor » : l’armée privée de l’UE, contre les peuples !
  22. TUEUR au T-MAX : Poser les bonnes questions !
  23. Ils préparent la guerre...et les esprits
  24. CETTE PSEUDO DÉMOCRATIE ... qui peut nous
  25. Les dessous de la guerre au MALI
  26. La France de Hollande, caniche d’Obama...
  27. Syrie : La guerre seule solution ?
  28. Quand les Américains voulaient gouverner la France
  29. Connaissez vous le TISA ?
  30. Le Grand Traité Transatlantique (TAFTA) expliqué aux nuls
  31. Histoire: Mon Mai 68 ou...
  32. Ukraine : Déclaration du Comité Valmy
  33. Que c'est il passé LE 6 JUILLET 1880 ?
  34. Vietnam. Le pays célèbre les 60 ans de la victoire de Diên Biên Phu
  35. Chavez est mort
  36. Anniversaire : "La chute du mur"
  37. Humeur : Pas touche au CHE !
  38. Henri Alleg est mort
  39. 11 Septembre...1973
  40. Retour sur "le choc pétrolier" de1973
  41. Nucléaire et désarmement
  42. Il y a 40 ans : La «révolution des œillets »
  43. "La Grèce a servi de cobaye à la théorie du choc"
  44. Stratégies de manipulation des masses
  45. L'EURO ? L'ARNAQUE !
  46. L'EURO a dix ans
  47. La machine à abrutir ne connaît pas la crise
  48. La lutte des classes ? Une réalité objective !
  49. La guerre des classes est déclarée
  50. Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"
  51. la "supériorité" de la civilisation occidentale ?
  52. USA Exécution de Troy Davis
  53. Le FN parti ouvrier ??
  54. FASCISME ET CAPITALISME - frico-racing-pa
  55. 1er janvier 1959 : Viva CUBA - frico-racing-pas
  56. VOYAGE à CUBA
  57. Meurtre fasciste à Paris
  58. Terrorisme, peurs, propagande et désinformation
  59. Histoire : Les origines du 8 mars
  60. Histoire du 1er mai
  61. Les 70 ans de l'affiche rouge
  62. Nelson Mandela est mort
  63. HISTOIRE : 17 octobre 1961, un crime d'état occulté
  64. PHILOSOPHIE - frico-racing-passion moto"
  65. Traité d'athéologie" Michel Onfray - frico-raci
  66. Le 21 février 1965, Malcolm X était assassiné -
  67. 1er janvier 1959 : Viva CUBA - frico-racing-passion moto
  68. Etat d'urgence et libertés... - frico-racing-passion moto
  69. 6 évrier 1934
  70. Histoire : 50 ème anniversaire de Charonne
  71. Stéphane Hessel reste vivant
  72. Il y a vingt ans, Nelson Mandela était libéré.
  73. J F.Kennedy : le 22 novembre 1963
  74. "I have a dream" : c'était il y a 50 ans
  75. Vote utile ou vote futile ?
  76. Il y a 110 ans, disparition de Louise Michel
  77. Je ne m'occupe pas de politique
  78. 18 septembre 1981 : La France abolit la peine de mort
  79. Histoire : L’armistice du 11 novembre 1918
  80. 27 février 1933 : Incendie du Reeichstag
  81. Ils ont tué Jaurès, le centenaire

Toutes mes vidéos sur youtube:

link

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maillet 15/02/2019 08:27

Merci Frico, belle leçon d'histoire populaire. Il est bon de se rappeler ce passé mais crois tu que cela puisse encore intéresser la jeune génération actuelle.