L'imposture du dialogue social...

Publié le par frico-racing

L'imposture du dialogue social...

Hollande l'a dit haut et fort, il faut choisir entre la « réforme ou la rupture ». Osant se féliciter de la loi Rebsamen censée simplifier le fonctionnement des institutions représentatives du personnel et qui ne fait que de donner toujours plus de pouvoir au patronat.

Hollande a clairement affirmé sa volonté de poursuivre les contre-réformes. S'inscrivant dans la filiation De Gaulle-Sarkozy, tout son projet politique, celui de son gouvernement, se résume à ce chantage : le dialogue social ou la violence sociale, nouvelle version de « moi ou la chienlit ».

L’appel au « dialogue social » relève de l’imposture

Plus l’exaspération des salariés monte et plus les autorités, politique, patronale ou même syndicale (pour certaines), en appellent au « dialogue social ». Problème : jamais aucune avancée sociale ne fut obtenue par la vertu du seul dialogue.

Ou alors musclé, très musclé ! Quelques exemples historiques :

  • Le Code du travail fut initié en 1906 à la suite d’une année marquée par plus de 1 300 grèves d’une durée moyenne de 19 jours.
  • Les congés payés, la réduction du temps de travail à 40 heures ont été obtenus de haute lutte par les grandes grèves et les occupations d’usine qui suivirent l’élection du Front populaire en 1936 et mobilisèrent plus de 2 millions d’ouvriers.
  • La sécurité sociale, les comités d’entreprise, le système des retraites par répartition ont été conquis au sortir de la 2nde Guerre mondiale.
Le rôle social du coup de pied aux fesses

En résumé, le progrès social se conquiert de haute lutte ou à l’issue de périodes fort troublées. Certainement pas en se contentant de deviser aimablement autour d’une table pétrie de convenances.

Ce qui ressort de ce constat historique, c’est que le dialogue social ne fait jamais que consacrer un rapport de force.

Si, du fait d’une crise comme celle que nous traversons, le rapport de force apparaît comme singulièrement déséquilibré, sinon même inexistant, alors le dialogue social ne fait que consacrer ce déséquilibre et en appeler à lui pour prévenir tous débordements de colère relève de l’imposture.

Le vrai et seul dialogue social se construit d’abord à coups de pied aux fesses. Et il faudra aux salariés un peu plus de deux chemises déchirées pour redresser une situation aujourd’hui fort compromise pour eux.

Notons que la remarque ne vaut pas que pour les seuls salariés, mais aussi et surtout pour tous ceux qui ne parviennent même plus à l’être.

Source pour partie : Le Yéti

Articles associés

  1. Connaissez vous le TISA ?
  2. Le Grand Traité Transatlantique (TAFTA) expliqué aux nuls
  3. COUP DE GUEULE : l'OTAN c'est la guerre
  4. Histoire: Mon Mai 68 ou...
  5. Ukraine : Déclaration du Comité Valmy
  6. Que c'est il passé LE 6 JUILLET 1880 ?
  7. Vietnam. Le pays célèbre les 60 ans de la victoire de Diên Biên Phu
  8. Histoire : Les origines du 8 mars
  9. Histoire du 1er mai
  10. Les 70 ans de l'affiche rouge
  11. Nelson Mandela est mort
  12. HISTOIRE : 17 octobre 1961, un crime d'état occulté
  13. Histoire : L’armistice du 11 novembre 1918
  14. 6 évrier 1934
  15. Chavez est mort
  16. Histoire : 50 ème anniversaire de Charonne
  17. Stéphane Hessel reste vivant
  18. Il y a vingt ans, Nelson Mandela était libéré.
  19. Anniversaire : "La chute du mur"
  20. J F.Kennedy : le 22 novembre 1963
  21. "I have a dream" : c'était il y a 50 ans
  22. Humeur : Pas touche au CHE !
  23. Henri Alleg est mort
  24. 11 Septembre...1973
  25. Retour sur "le choc pétrolier" de1973
  26. Nucléaire et désarmement
  27. Il y a 40 ans : La «révolution des œillets »
  28. "La Grèce a servi de cobaye à la théorie du choc"
  29. Stratégies de manipulation des masses
  30. L'EURO ? L'ARNAQUE !
  31. L'EURO a dix ans
  32. La machine à abrutir ne connaît pas la crise
  33. La lutte des classes ? Une réalité objective !
  34. La guerre des classes est déclarée
  35. Lecture : "L'INVENTION DE LA CRISE"

Commenter cet article

Djeff 29/10/2015 12:31

Tellement vrai. Merci Frico